Création d'entreprise : quel statut juridique choisir ?

création d'entreprise, passez de l'idée au projet avec la CCI Paris Île-de-France
Vous créez votre entreprise ? Testez votre projet et trouvez le statut juridique qui vous correspond le mieux ! De nombreux critères sont à prendre en compte : nature de votre activité, présence d’associés, personnalité juridique associée… Et ce choix est primordial car il aura des conséquences fiscales et sociales, et donc sur votre activité. Pour vous aider, la CCI Paris Île-de-France vous propose un test simple pour trouver en 4 questions le statut juridique qui correspond le mieux à votre projet d’entreprise.
Quel statut d’entreprise est fait pour moi ?

SARL, EI, SA, EURL… Vous créez votre entreprise mais vous êtes perdus dans les acronymes ? Vous ne distinguez pas bien les statuts ? Vous vous demandez lequel vous correspond le mieux ?

Prenez le temps de vous tester et trouvez le statut juridique qui correspond le mieux à votre projet grâce à notre infographie :

Infographie choix du statut juridique - CCI Paris Île-de-France

Comparatif des différents statuts juridiques

Pour vous aider un peu plus dans votre décision, la CCI Paris Île-de-France vous propose un tour d’horizon de chaque statut juridique.

Société par Actions Simplifiée (SAS) 
 

  • Avantages :

- Une souplesse de fonctionnement
- Une entrée et sortie d'autres actionnaires facilement gérable par l'actionnaire principal
- Le montant du capital social est libre
- Une grande crédibilité auprès des investisseurs, prêteurs et clients

  • Inconvénients :

- Des frais et formalisme de constitution assez élevés
- L'obligation de rigueur dans la rédaction des statuts

En savoir plus : La SAS

A noter : si la société ne comprend qu'un seul associé, il s'agit alors d'une SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle).

Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)
 

  • Avantages :

- Une responsabilité limitée aux apports (sauf faute de gestion), les engagements de caution sont à titre personnel
- La facilité de cession et de transmission du patrimoine de l'entrepreneur
- La facilité de transformation en SARL

  • Inconvénients :

- Des frais et formalisme de constitution assez élevés
- En cas d’entrée d’un nouvel associé dans le capital, la société doit automatiquement se transformer en une SARL
- Un fonctionnement plus lourd que l'EIRL

En savoir plus : 
Guide de la création de l’EURL
L’EURL

Entreprise Individuelle (EI) 
 

  • Avantages :

- La simplicité de constitution et de fonctionnement (moins contraignant que l'EIRL)
- Une liberté d'action pour le chef d'entreprise

  • Inconvénients :

- Une responsabilité totale et indéfinie
- Un système d'imposition limitant les capacités d'autofinancement de l'entreprise

En savoir plus : L’EI

Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)
 

  • Avantages :

- La simplicité de constitution (plus contraignante que l'EI)
- Le patrimoine pouvant être saisi par les créanciers est limité
- La possibilité d'opter pour le régime fiscal des sociétés de capitaux (option irrévocable)
- La possibilité de constituer des réserves non-assujetties aux charges sociales (sous conditions)

  • Inconvénients :

- Un formalisme plus important que pour l'EI
- Des frais liés à l'information des créanciers, honoraires des professionnels de l'évaluation
- Des frais de tenue de comptabilité, dépôt annuel des comptes, frais de gestion du compte bancaire dédié
- Une remise en cause de l'étanchéité du patrimoine d'affectation en cas de non-respect des obligations par l'EIRL
- Le passage en société tout aussi contraignant qu'en entreprise individuelle "classique", en cas de développement de l'activité

En savoir plus : L’EIRL

Auto-entrepreneur
 

  • Avantages :

- Des obligations comptables réduites
- L'absence de TVA à facturer
- Des modalités de calcul et de règlement des cotisations sociales simplifiées
- La possibilité d'opter pour le versement fiscal libératoire

  • Inconvénients :

- La limitation du chiffre d'affaires annuel
- Le calcul des charges sociales sur la base du CA et non des bénéfices
- Un seuil de chiffre d'affaires pour valider un trimestre de retraite et bénéficier du droit à la formation professionnelle

Ce régime est mal adapté aux entrepreneurs qui prévoient des achats et/ou frais conséquents (stocks, matériels, aménagements, machines, assurances particulières, transport, etc.).

En savoir plus : Devenez auto-entrepreneur !

Société en Nom Collectif (SNC)
 

  • Avantages :

- Une grande stabilité du ou des gérants associés
- Le capital n'a pas de minimum défini
- La possibilité de "fermer" la société
- Défiscalisation totale de l'impôt sur le revenu si l'entreprise entre dans le champ d'application d'une mesure d'exonération d'impôt sur les bénéfices

  • Inconvénients :

- Une responsabilité solidaire et indéfinie de tous les associés
- Formalisme de fonctionnement (décisions collectives)
- Difficulté pour quitter la société (cessions de parts décidées à l'unanimité)
- Les cotisations sociales sont calculées sur l'ensemble des revenus non salariés (bénéfices + rémunérations) en cas d'assujettissement à l'impôt sur le revenu

En savoir plus : Création d’une Société en Nom Collectif (SNC)

Société À Responsabilité Limitée (SARL)
 

  • Avantages :

- La responsabilité des associés est limitée aux apports
- Une structure évolutive facilitant le partenariat

  • Inconvénients :

- Frais et formalisme de constitution
- Formalisme de fonctionnement

En savoir plus :
Guide de création de la SARL
La SARL

Société Anonyme (SA)
 

  • Avantages :

- La responsabilité des actionnaires est limitée aux apports
- Une structure évolutive facilitant le partenariat
- Les charges sociales sont calculées uniquement sur la rémunération
- Une facilité et souplesse de transmission des actions
- Une crédibilité vis-à-vis des partenaires (banquiers, clients, fournisseurs)

  • Inconvénients :

- Frais et formalisme de constitution
- La lourdeur du fonctionnement
- L'instabilité du président de la SA (révocation sans préavis et sans indemnité par le conseil d'administration)
- Obligation de désigner un commissaire aux comptes

En savoir plus : Création d’une Société Anonyme à Conseil d’administration ou à Directoire

Pour aller plus loin :