L’imposition de l'auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur

Création : passez de l'idée au projet
Le prélèvement libératoire est-il plus intéressant que l'imposition classique ?
L'impôt sur les revenus du micro-entrepreneur
L’imposition de l'auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur
Andrey Popov/Fotolia

Il est nécessaire de faire un comparatif entre les deux façons de calculer l'impôt sur les revenus du micro-entrepreneur pour savoir si le versement libératoire permet de réaliser une économie d’impôt.

Si le revenu fiscal de référence 2015 ne dépasse pas 26 791 euros par part, il est possible d’opter pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu (IR) pour 2017.

1er exemple d’imposition

Un auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur exerçant une activité de vente de marchandises réalise en 2016 un chiffre d'affaires (CA) HT de 70 985 euros.

S'il opte pour le versement libératoire (son revenu fiscal de référence de 2015 est inférieur à 26 791 euros) et il paiera, en 2017, un IR de 70 985 x 1 % = 709,85 euros (arrondi à 710 euros).

2ème exemple d’imposition

Un auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur exerçant une activité de vente de marchandises réalise un CA HT de 35 000 euros.

S'il opte pour le versement libératoire il paiera au total, en 2017, un IR de 35 000 x 1 % = 350 euros.

Les deux exemples montrent que le versement libératoire de l'IR n'est intéressant qu'au-delà d'un certain niveau de revenu. En dessous, l'auto-entrepreneur a intérêt à payer l'IR de façon classique, en soumettant ses revenus au barème de l'IR.

Attention :

  • Il faut tenir compte des autres revenus dont vous disposez ou de ceux de votre conjoint,
  • Vous êtes aussi redevable des cotisations sociales calculées selon le régime micro-social.