Le 23/04/2018

L'alternance dans l'enseignement supérieur

L’APEC a récemment publié une note « Bilan et perspectives » concernant l’alternance dans l’enseignement supérieur.
Les principaux enseignements de cette enquête sont les suivants :

1. Cartographie de l’alternance dans l’enseignement supérieur :

Taille d’entreprises

  • 19 % d’alternants dans les entreprises de -20 salariés ;
  • 47 % d’alternants dans les entreprises de 20 à 200 salariés ;
  • 34 % d’alternants dans les entreprises de 200 salariés et plus.

Secteurs professionnels :

  • 59 % dans le service ;
  • 24 % dans l’industrie ;
  • 11 % dans le commerce ;
  • 6 % dans le secteur de la construction.

Par région
L’Île-de-France est la région au sein de laquelle on rencontre le plus grand nombre d’alternants, 36 % d’alternants dans l’enseigneur supérieur (niveau Bac +4/Bac+5). En février 2016, la région Île-de-France a voté un plan d’action en formation du développement de l’apprentissage. Elle s’est donné 5 ans pour passer de 80 00 à 100 000 apprentis franciliens.

Insertion professionnelle
93 % des alternants diplômés dans l’enseignement supérieur trouvent un emploi 2 ans après  l’obtention du diplôme soit en CDD ou CDI. 11 % d’entre eux sont recrutés dans l’entreprise d’accueil sur un poste cadre.

Les filières suivies en apprentissage qui enregistrent le meilleur taux d’emploi sont la santé et la production (génie civil, mécanique générale…).

2. Les atouts de l’alternance dans l’enseignement supérieur soulevés par l’étude

Le rapport souligne que la synergie école/entreprise offre la garantie d'une solide formation en adéquation avec le métier choisi. Tous les acteurs concernés, qu’il s’agisse des étudiants, des entreprises ou des établissements d’enseignement supérieur, expriment un important sentiment de satisfaction à l’égard de l’alternance, en y trouvant des avantages multiples.

Pour les entreprises

  • Considérée comme une opportunité surtout pour les petites entreprises ;
  • Formation de futurs collaborateurs, compétents et opérationnels ( enjeu de recrutement) ;
  • Facteur d’aide au développement ;
  • Intérêt financier bien que minoré par l’investissement représenté par l’accueil d’un apprenti ;
  • Un accompagnement encadré par un tuteur ;


Pour les jeunes

  • Un véritable tremplin vers l’accès à l’emploi ;
  • Acquisition de compétences théoriques et pratiques ;
  • Une indépendance financière ;
  • Des conditions d’insertion et de travail plus favorables :

Plus de responsabilité ;

Niveau de rémunération plus important à l’embauche.

Pour les établissements d’enseignement supérieur 

  • Une valorisation de l’alternance ;
  • Augmentation du nombre de filières ouvertes à l’apprentissage en formation supérieure

3. Point d’amélioration :

Le rapport souligne quelques points d’améliorations :

  • Nombre d’entreprises d’accueil et de postes proposés en alternance peu suffisants par rapport à la demande;
  • Des programmes souvent peu adaptés au monde de l’entreprise ;
  • Des rythmes d’alternance pas toujours en adéquation avec les activités des entreprises ;
  • Des entreprises pas assez intégrées dans l’élaboration du processus de construction des formations ;
  • Un meilleur accompagnement des futurs alternants dans leur projet professionnel ;
  • Un suivi et un encadrement par le tuteur pédagogique mieux adaptés aux besoins des alternants ;


5. Bon à savoir …

Top 5 des secteurs les plus porteurs pour les apprentis en Île-de-France :

  • Les métiers du numérique
  • L’hôtellerie et la restauration
  • La métallurgie
  • Le transport et la logistique
  • Le bâtiment

Top 3 des métiers les plus porteurs en Ile-de-France

  • Ingénieurs, cadres, études et R&D informatique
  • Artiste (musique, danse, spectacles)
  • Agents d’entretien de locaux

Liens : 
Étude annuelle de l’Apec 2017 (chiffres 2016)

OPCALIA, Le guide de l’alternance, Hachette Livre-Le Guide du routard 

Pôle emploi, enquête BMO 2018