Le 12/06/2014

Apprentissage : enseignements des expérimentations

Une étude, publiée par l'Observatoire de la jeunesse, montre que l'accompagnement renforcé des apprentis ne permet pas d'accroître les entrées en apprentissage et ne réduit pas les ruptures de contrat.

En revanche, il favorise l'expression de certaines ruptures en créant les conditions favorables à un changement de contrat. Des solutions d'hébergement innovantes peuvent améliorer les conditions matérielles de la formation en apprentissage. Tels sont les principaux enseignements des évaluations des expérimentations menées sur cette question dans le cadre du Fonds d'expérimentation pour la jeunesse. L'accroissement du nombre de jeunes formés en alternance se heurte à plusieurs obstacles. Parmi ceux-ci, trois ont fait l'objet d'expérimentations dans le cadre du Fonds d'expérimentation pour la jeunesse, portant en majorité sur la préparation en apprentissage de diplômes de niveau V (CAP et BEP) ou IV (baccalauréat professionnel).

La difficulté à trouver une entreprise d'accueil et un maître d'apprentissage, tout d'abord, limite le nombre d'entrées en apprentissage. La fréquence des ruptures de contrat prématurées, ensuite, qui concerne environ 25 % des jeunes apprentis, provoque des abandons de la part des jeunes et fragilise le recours des entreprises à l'apprentissage. Les apprentis préparant un diplôme de niveau V sont particulièrement concernés par ces ruptures. Enfin, les conditions matérielles d'apprentissage, notamment en matière d'hébergement, peuvent dissuader les jeunes d'entrer en formation et les empêcher de mener celle-ci à son terme.