OPE/OPA

Take-over franco-britannique : entente cordiale ?
Les différentes étapes du processus de rapprochement par voie d’offres publiques entre une société britannique et une société française cotées sont présentées ici sous la forme d'un jeu de rôle. Il s’agit de confronter deux méthodes, deux logiques et finalement deux états d’esprit, qui sont le produit de traditions socio-culturelles, de traditions d’affaires et de traditions juridiques encore différentes, en dépit de la poussée du fait européen.

 

Cette manifestation, organisée le 13 juin 2001 par le CREDA et l'AJFB, en partenariat avec le Barreau de Paris et l'Association française des juristes d'entreprise, et avec le soutien du Cabinet Allen & Overy, est disponible sous forme de cassette ou de CDROM (contactez-nous).


 


L'histoire met en présence Tower Communications PLC et Bastille Productions SA.

Société de téléphonie mobile cotée à la Bourse de Londres, Tower s'est portée candidate à l'obtention de licences 3G au Royaume-Uni, en France et en Allemagne.

Tower a deux actionnaires principaux : Anglo Telecom, un opérateur anglais de téléphonie fixe (à hauteur de 20 %) et Nippon, un opérateur japonais de téléphonie mobile (à hauteur de 20 %). Les 60 % constituant le solde du capital sont détenus par le public.

La capitalisation boursière initiale de Tower est de 15 milliards d'Euros.
Société de production audiovisuelle disposant d'une gamme considérable de programmes éducatifs, de divertissement et d'information en anglais, français et allemand, Bastille est cotée sur Euronext Paris SA.

Bastille a un actionnaire principal, Quassel, qui détient 15 % de son capital, le reste du capital étant disséminé dans le public. Quassel négocie actuellement un contrat informatique avec Bastille.
La capitalisation boursière initiale de Bastille est de 10 milliards d'Euros.

Tower s'est fixé pour objectif de fournir des services de télécommunications mobiles aux entreprises sur l'ensemble du territoire européen. Elle considère que la fusion Tower/Bastille permettrait d'importantes synergies commerciales. Le rideau se lève alors que le Président de Tower se livre à une première approche du Président de Bastille et lui suggère un rapprochement des deux entités…

Allocutions d'ouverture
Michel Franck, Président de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris
Myriam Ezratty, Présidente de l’Association des juristes franco-britanniques, Premier Président honoraire de la Cour d’appel de Paris
Paul-Albert Iweins, Bâtonnier désigné de l’Ordre des avocats à la Cour d'appel de ParisLe jeu de rôle

Le jeu de rôle

Le narrateur
Yves Chaput, Professeur à l'Université Paris I (panthéon-Sorbonne), Directeur scientifique du CREDA

L'éclairage de la faculté
Peter Burbidge, Professeur à Westminster University (Londres)
Jean-Jacques Daigre, Professeur à l'Université Paris I (Panthéon-Sorbonne)

Les interprètes
Le président de Tower

William Blackburn, Obe, Ancien General Manager du Bureau européen d'IBM, Président de la Commission juridique du British Council
Le conseil externe de Tower
Édouard Didier, Avocat à la Cour, Cabinet Allen & Overy (Paris)

Le président de Bastille
Christian Mignon, Directeur du Département Fusions-Acquisitions du Groupe Sanofi-Synthelabo
Le conseil interne de Bastille
Pascal Quint, Directeur juridique de Eurodisney SCA, Vice-Président de l'Association française des juristes d'entreprise
Le conseil externe de Bastille
Alistair Asher, Solicitor, Cabinet Allen & Overy (Londres)
Le conseil en communication de Bastille
Michael Sandler, Chairman de Hudson-Sandler

ACTE I
Scène I : L'approche
Scène II : Tower s'interroge
Scène III : La crise
Entr'acte

ACTE II
Scène I : Bastille contre attaque
Scène II : Tower prend garde
Scène III : Bastille se mobilise
Scène IV : Le verdict

Conclusion
Pierre Bezard, Président honoraire de la Chambre commerciale de la Cour de cassation

Le 13/06/2001