1er baromètre des entrepreneurs français installés à l'étranger

auteur  Nadia Caïd
CCI France International et la CCI Paris Ile-de-France présentent les résultats de leur premier Baromètre des entrepreneurs français installés à l'étranger. L’enjeu essentiel de ce nouvel outil est de mieux connaître cette population qui pourrait participer au rayonnement de la France à l'international grâce aux liens d’affaires tissés avec leur pays d’origine.

Une population durablement installée hors de France

Cette enquête a été menée, en octobre 2014 par mail auprès des adhérents des CCI Françaises à l’International (CCIFI), présentes dans 82 pays, cette première édition a permis de recueillir 473 réponses. Le profil type de ces entrepreneurs est celui d’un homme jeune (entre 30 et 49 ans) ayant majoritairement un niveau Bac+5 et expatrié depuis plus de 10 ans (39.5%). Pour la plupart d’entre eux, cette installation est survenue à la suite d’une opportunité professionnelle.

Le cadre favorable au développement de leurs activités, telles que les facilités administratives, le coût de la main d'œuvre, une fiscalité attrayante, sont les facteurs déterminants qui les motivent à rester dans le pays d'accueil. Ils précisent qu’ils n'ont bénéficié d'aucune aide ni en France ni dans leur pays d'accueil.

Les entreprises de cet échantillon ont en majorité plus de 100 salariés. La plupart d’entre elles (54,8%)  ont  une  activité  liée  aux  services.  Une  large  majorité  de  ces  français  entrepreneurs  à l'étranger (45,1%) affirme ne pas rencontrer de difficulté majeure dans leur pays d'accueil. Plus de la moitié des répondants (62,5%) envisage d'embaucher avec une préférence marquée pour une personne locale (69,5%) dans un délai court de moins d'un an.

Les réseaux des Chambre de Commerce et d'industrie sont choisis en priorité avec les réseaux personnels pour le développement des affaires, des partenariats et des liens sociaux.

La majorité des français entrepreneurs à l'étranger (54,5%) qui ont répondu à ce questionnaire n’envisage pas de rentrer en France. Seules, des opportunités professionnelles (28,6%) pourraient les faire changer d’avis. L’essentiel des liens qu'ils gardent avec la France sont avant tout d’ordre personnel.

L’ambition de ce Baromètre annuel est, grâce à une meilleure connaissance de cette population, de créer les conditions de développement économique entre la France et cette population de français expatriés.

Contact