La crise financière, une chance pour les négociations internationales?

12
Janvier
La crise financière, en mettant en exergue la nécessité d'une meilleure régulation mondiale, semble donner une nouvelle chance au processus de Doha. Le rôle central joué par l'Europe dans les turbulences actuelles lui confère un nouveau poids dans la négociation commerciale. En outre, la montée des tentations protectionnistes dans un certain nombre de secteurs (finance, automobile, etc.) rappellent à l'ordre tous ceux qui pouvaient naïvement croire que la libre circulation des marchandises était une donnée intangible... Celle-ci reste un bien précieux sous réserve d'amélioration dans la régulation mondiale. Au-delà d’une nouvelle dynamique pour le cycle de Doha, la crise financière apporte des leçons valables pour le commerce international comme une meilleure adéquation entre le court et le long termisme, ou une meilleure transparence. Des écueils devront être cependant évités ; sous couvert d’une meilleure régulation, il ne faudrait pas légitimer de nouveaux obstacles commerciaux ou accroître les tensions avec les pays développés qui pourraient y voir des formes de protectionnisme déguisé. La coopération internationale est nécessaire et urgente tant en matière financière que commerciale, il est temps que les autorités régulatrices se coordonnent…

Collection : Friedland Papers

Téléchargez "La crise financière, une chance pour les négociations internationales ?" [PDF - 131 ko]

Prix : gratuit

  • Contact de la collection

Si vous souhaitez vous abonner aux Friedlandpapers, cliquez sur ce lien.