Explosion des échanges sud-sud – les risques de pertes de parts de marché de la france

auteur  Corinne VADCAR
37
Septembre
La crise de 2008-2009, en réduisant les débouchés sur les marchés américain et européen, avait déjà engagé les BRIC sur la voie du renforcement de leurs liens avec les autres pays émergents qui tirent la croissance mondiale. La crise de la zone euro et, avec elle, l'effondrement de la demande européenne, devrait accélérer cette tendance, participant à l'émergence de nouveaux flux mondiaux ; les échanges Sud-Sud prennent ainsi place aux côtés des puissants échanges entre pays de la Triade.

Collection : Friedland Papers

Au demeurant, ce ne sont plus seulement les BRIC qui participent à l'explosion des échanges Sud-Sud ; d'autres pays émergents tels que la Turquie, le Chili ou encore le Maroc vont rechercher, avec la rétraction du marché européen, plus de débouchés au Sud ; par ailleurs, les flux commerciaux Sud-Sud se doublent aujourd'hui de flux économiques à la faveur d'une montée en puissance des champions nationaux des pays émergents. La fragmentation des chaînes de valeur, y compris pour ces champions émergents qui recherchent des gains de productivité, participe ainsi à ce nouveau développement des échanges économiques Sud-Sud.

De ce nouveau contexte, il résulte que la France doit fait face à une concurrence accrue sur un nombre croissant de marchés, en particulier sur ses marchés dits traditionnels (Afrique) où elle perd tour à tour la place de premier fournisseur. Cette évolution invite comme toujours à se poser de nouveau la question de notre compétitivité mais elle invite surtout à s'interroger sur la manière dont les entreprises françaises peuvent s'inscrire dans cette dynamique Sud-Sud et y rechercher un autre « salut commercial ».

Contact de la collection

Si vous souhaitez vous abonner aux Friedlandpapers, cliquez sur ce lien.