Un aperçu des dynamiques régionales

Une application de la méthode shift-share en Ile-de-France et dans les autres régions françaises
Patrice AVAKIAN
11
Janvier 2005
Une publication
du CROCIS
47 pages
Au moment où doivent commencer de s'élaborer pour 2007 les documents de planification sur l'organisation future de l'espace francilien(1) et aussi compte tenu de l'annonce récente(2) concernant l'appel à projets pour la sélection de pôles de compétitivité internationale en France, il paraît particulièrement indispensable de mieux connaître la dynamique économique et les facteurs de croissance de l'Île-de-France.

Caractérisée par une bonne spécialisation au plan " structurel ", la région - capitale ne semble pourtant pas bénéficier de cette orientation aussi favorablement que d'autres territoires métropolitains où interviennent d'autres facteurs spécifiques de performance, dits autrement " effets résiduels "…. Avec seulement 2,2% du territoire national pour 28,5% du produit intérieur brut français, il apparaît ainsi que les dynamiques de développement et le jeu des acteurs – dont les entreprises – différent très sensiblement entre la région-capitale et les autres régions françaises.

En raison du rôle moteur (ou au moins d'avant-garde) joué par l'économie de l'Ile-deFrance dans l'économie nationale, cette spécificité de notre région par rapport aux autres types de développement régional en France a donc attentivement été étudiée par le Centre régional d'observation du commerce, de l'industrie et des services de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris.

A terme, d'autres travaux du CROCIS devront compléter cette première approche placée sous l'angle de la valeur ajoutée appréciée au travers de la méthode "structurel-résiduel", plus connue sous le nom de shift-share. Ils contribueront alors au débat sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour conférer à Paris - Île-deFrance tout le dynamisme économique souhaitable pour en faire un jour la capitale économique de l'Europe.

[...]