L'économie francilienne fait du surplace

2e trimestre 2014
Septembre 2014
Une publication
du CROCIS
8 pages
Peu d’évolutions significatives — dans un sens ou dans l’autre — ont été constatées en Île-de-France au deuxième trimestre 2014 : tout autant qu’au niveau national, l’économie francilienne a semblé faire du surplace.

Ainsi, même s’il suit une tendance légèrement haussière, le nombre de défaillances d’entreprises reste contenu en Ile-de-France ; de même, si la fréquentation hôtelière peine, elle reste à des niveaux élevés ; si les prix de l’immobilier s’infléchissent, le mouvement est – pour l’heure ? – peu soutenu, etc.

Néanmoins, cette relative inertie ne doit pas faire oublier que les niveaux d’activité restent faibles ; surtout, dans un tel contexte, le nombre de demandeurs d’emploi franciliens a continué à croître et a franchi le seuil des 650 000 en juin même si, parallèlement, le taux de chômage est resté stable et l’emploi salarié s’est encore approché de son point haut d’avant-crise.