Ralentissement modéré de l'économie francilienne

4e trimestre 2007
Mars 2008
Une publication
du CROCIS
Impactée par le ralentissement général de l'économie mondiale, l'économie francilienne s'est trouvée en perte de vitesse au dernier trimestre 2007. Ainsi, le déficit commercial de la région ressort à 14, 8 milliards d'euros au quatrième trimestre 2007 (+19,6 % sur un an).

L'activité francilienne est toutefois bien orientée sur l'ensemble de l'année. Les créations d'emplois ont été nombreuses, notamment dans les secteurs de la construction et des services, et le nombre de demandeurs d'emploi a poursuivi sa baisse. Cependant, comme pour la France entière et plus globalement pour l'économie mondiale, les perspectives pour 2008 s'assombrissent en raison d'un climat économique international dégradé.

Conjoncture européenne

Selon les premières estimations pour le quatrième trimestre 2007, le PIB de la zone euro a conservé son rythme de croissance : il est en hausse de 0,4 % et celui de l'UE27 de 0,5 %. Sur l'ensemble de l'année 2007, le PIB de la zone euro a affiché une croissance de 2,6 % et celui de l'UE27 de 2,9 %, contre respectivement +2,8 % et +3,0 % en 2006. L'appréciation de l'Euro par rapport au dollar et aux autres devises impacte négativement le commerce extérieur européen même si les tendances ne sont pas les mêmes dans chaque pays.

Ce scenario devrait perdurer en 2008, avec une contribution de moins en moins importante des exportations dans la croissance européenne, portant les prévisions de progression du PIB sous la barre des 2 %.

Conjoncture française

L'économie française a connu un ralentissement sur les derniers mois de 2007. Le PIB français a ainsi progressé de seulement 0,3 % au quatrième trimestre 2007 (contre +0,8 % au trimestre précédent), portant la croissance annuelle à +1,9 %. Les dépenses de consommation des ménages principal pillier de la croissance française depuis le début des années 2000 ont notamment ralenti (+0,4 % après +0,8 % au troisième trimestre 2007) et contribuent pour 0,2 point à l'évolution du PIB.

A contrario, même si les exportations ont fléchi nettement (-0,6 % après +1,3 % au troisième trimestre), le solde extérieur a bénéficié de la baisse plus importante des importations (-1,4 % après +1,0 % au trimestre précédent). Le déficit commercial national ressort cependant à 39,56 milliards d'euros sur l'ensemble de l'année 2007. Par ailleurs, malgré la pause dans la baisse enregistrée début 2008, le taux de chômage est au plus bas depuis 25 ans : le taux de chômage moyen pour l'année 2007 est ainsi de 8 % de la population active, contre 8,8 % en 2006.

Les prévisions des économistes pour 2008 restent réservées (+1,8 % selon l'INSEE) et l'économie française sera dépendante comme ses voisins européens des évolutions des prix de l'énergie et du taux de change euro/dollar.