La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en Île-de-France au premier semestre 2008

Premier semestre 2008
Novembre 2008
Une publication
du CROCIS
24 pages
L’évolution de l’économie mondiale au cours du premier semestre 2008 a été marquée par les turbulences financières nées de la crise des subprimes. Cette situation ajoutée aux tensions inflationnistes – sous l’effet de la flambée des prix du pétrole et des matières premières – a freiné très fortement la croissance des pays avancés et ralenti celle, vigoureuse jusqu’alors, dans les pays émergents et en développement. Des récessions sont à craindre et sont déjà bien réelles dans certains pays comme en Irlande et au Danemark.

En France, la croissance après avoir résisté au premier trimestre a fini par caler au deuxième (- 0,3 % de croissance du PIB) et l’INSEE n’écarte pas le risque d’une « récession technique » à partir du troisième trimestre. Parallèlement, l’amélioration sur le marché du travail a montré ses premiers signes de ralentissement : après avoir perdu 0,3 point au premier trimestre, le taux de chômage n’a pu faire mieux que stagner au deuxième, pour se fixer à 7,2 %.

Dans ce contexte, l’économie francilienne a fini par s’essouffler elle aussi. Même si les créations d’entreprises sont restées très nombreuses dans la continuité de 2006 et 2007, les défaillances sont en nette reprise. Parallèlement, la croissance de l’emploi salarié a marqué le pas au premier semestre et les perspectives sont inquiétantes pour la fin de l’année. Le taux de chômage, descendu à 6,6 %, pourrait repartir à la hausse.