La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en Île-de-France au second semestre 2008

2e trimestre 2008
Avril 2009
Une publication
du CROCIS
27 pages
La crise économique est aujourd’hui généralisée à l’ensemble du monde. Si la plupart des pays avaient échappé à la récession jusqu’à l’automne dernier, aujourd’hui, même les pays en fort développement qui devaient être les moteurs « anti-crise » voient leur économie tourner au ralenti.

Malgré quelques signes positifs apparus dernièrement (notamment aux Etats-Unis), pour un réel retour de la croissance, il faudrait une restauration de la confiance, ce que les plans de relance n’ont pas encore réussi à faire. Pour 2009, le FMI s’attend ainsi à une contraction de la croissance mondiale de 1,3 %, soit la plus forte récession depuis la seconde guerre mondiale.

Attendue en début d’année 2008 à + 2 %, la croissance de l’activité française a été, selon les premières estimations, de + 0,7 % seulement. Même si la « récession technique1 » a été évitée, ce recul de l’activité s’est accompagné d’un retournement de l’emploi, le taux de chômage ayant atteint 7,8 % de la population active au quatrième trimestre. Après avoir relativement bien résisté au ralentissement économique puis aux premières conséquences de la crise, l’Ile-de-France a connu un coup d’arrêt marqué au dernier trimestre 2008. Le taux de chômage francilien a très nettement augmenté en fin d’année pour atteindre 6,8 %. Traduisant les difficultés rencontrées par l’industrie, l’immobilier ou encore la construction, les défaillances d’entreprises ont été nombreuses en 2008 (+ 16 % par rapport à 2007), même si dans le même temps, les créations d’entreprises sont restées nombreuses.