Le commerce électronique en Île-de-France : la région comme terrain d'expérimentation des cybermarchés

Céline LATOURTE
37
Mars 2002
Une publication
du CROCIS
4 pages
Aux Etats-Unis l’e-commerce est devenu un complément essentiel de la vente traditionnelle, avec toutefois la même condition de développement indispensable du haut débit sur Internet que dans notre pays. De ce point de vue, l’Île-de-France dispose en pratique d’un avantage certain par rapport aux autres territoires. Cela y explique d’ailleurs en partie l’essor des cybermarchés, étant entendu qu’il est encore limité par des enjeux logistiques qu’il convient de bien prendre en compte.

Un marché en croissance

Malgré les indéniables progrès du nombre de transactions en ligne depuis 2 ans, la quantification du commerce électronique est encore aujourd’hui très difficile : c'est un phénomène récent dont, en outre, le caractère immatériel et transfrontalier ne facilite pas la mesure.

Cependant, les différentes sources disponibles témoignent toutes d'un fort potentiel de développement, lié notamment à l'accroissement du nombre d'internautes.

En France, le nombre de cyberconsommateurs est estimé en décembre 2001 à 4,25 millions. En un an, la France a ainsi gagné 2 millions d'acheteurs en ligne (Médiamétrie et Nielsen/Netratings).

La grande distribution joue de fait un rôle majeur dans le développement du e-commerce : 80 % des ventes par Internet seraient assurées par la grande distribution, qui dispose d’importantes marges de progression dans ce domaine (volume des ventes ; chiffre d’affaires), à condition toutefois que l’accès à l’Internet haut débit soit assuré partout à un coût raisonnable.

L'Île-de-France présente donc une situation nettement privilégiée pour le développement du commerce électronique, et plus particulièrement des cybermarchés : un taux plus élevé de connexions à Internet et un poids économique important (28 % du PIB), par rapport aux autres territoires.

[...]