Les biotechnologies industrielles en Ile-de-France : la bio-électronique en croissance

Fabrice RIGAUX
30
Août 2001
Une publication
du CROCIS
En croissance continue depuis dix ans, le marché de la bio-électronique, tiré par le développement des capacités de traitement électronique et l’avancée de la bio-informatique, est devenu incontournable pour de nombreuses unités de fabrication. Quelques repères sur le développement de ce nouveau marché en Ile-de-France.

L’essor des biotechnologies industrielles dans le monde depuis 20 ans a accéléré le développement d’une activité fondamentale, la bio- électronique. Ces technologies mal connues sont principalement présentes dans les équipements pour l’analyse biomédicale, le contrôle et la maintenance industrielle en continu (chaînes de fabrication alimentaire, traitement de l’eau, etc..).

De plus, en marge des équipements « classiques », la bio- électronique est en passe d’offrir des produits intégrant la biologie, les techniques informatiques et l’électronique (biopuces, ordinateurs à base de composants biologiques).

Avec les progrès considérables réalisés dans les technologies hospitalières, l’émergence des productions biotechnologiques à l’échelle industrielle (protéines pour de nombreuses applications, vitamines, vaccins, réactifs, produits biomédicaux de haute technologie) et la modernisation de pans entiers de l’industrie agro-alimentaire (boissons, plats cuisinés, panification, lait, arômes, additifs), la vente des équipements de bioélectronique a été multipliée par 50 dans le monde depuis 1990.

Parallèlement, le secteur a été marqué par la croissance importante des investissements (capital risque, fonds régionaux, crédits d’équipement) du fait de l’intégration graduelle de la génétique, de l’informatique et de la bio-électronique au profit de la génomique fonctionnelle (produits dérivés issus de l’analyse des fonctions des gènes).

De fait, le développement conséquent du secteur pharmaceutique et biomédical à travers la génétique appliquée, notamment pour la mise au point de médicaments, de vaccins, de produits thérapeutiques à base de protéines nouvelles, représente actuellement le marché industriel le plus important, suivi de près par les industries des enzymes produisant pour l’agro-alimentaire ou la chimie fine.