Les industries du risque biologique, chimique et nucléaire

Fabrice RIGAUX
69
Juillet 2004
Une publication
du CROCIS
4 pages
En forte hausse tant en valeur qu’en volume dans tous les pays du G8, les ventes de solutions pour la protection vis-à-vis du risque biologique, chimique et nucléaire (dit NBC) ont récemment atteint des niveaux très importants. Paris-Île-de-France n'échappe pas à cette dynamique, en figurant ainsi comme l'un des marchés régionaux les plus actifs dans ce domaine en Europe occidentale, avec Londres et Francfort.

Un important développement commercial mondial

Après quelques tâtonnements au plan commercial et industriel – hormis pour les activités liées à la fabrication et la manipulation des produits issus de l'industrie du nucléaire civil et militaire, de l'industrie des hydrocarbures, des matériaux et des fluides industriels – le secteur formé par les prestataires agissant dans le domaine du risque " biologique, chimique et nucléaire " (dit NBC) connaît depuis la fin des années 1990 un développement inégalé : on compte environ 20 milliards d'euros de revenus générés par le secteur entre 1995 et 2002, notamment au Japon et aux Etats-Unis.

En visant désormais les secteurs de la sécurité, de l'entreposage, du transport, de l'emballage, des industries pharmaceutiques, biomédicales et agro-alimentaires, les produits et services de la biosécurité pour la protection individuelle et collective ont atteint entre 2000 et 2003 un niveau record au plan mondial : les produits et services concernés ont ainsi généré la création et le développement d'environ 30 000 entreprises dans le monde avec un marché qui se développe encore à 90 %