La recherche privée en Ile-de-France

Etat des lieux, enjeux et tendances récentes
Fabrice RIGAUX
Février 2005
Une publication
du CROCIS
Confrontées à un environnement économique en mutation rapide, les entreprises des pays industrialisés se doivent d'être à la pointe du développement technologique pour faire face à la concurrence internationale. Dans ce contexte, la recherche-développement et l’innovation jouent un rôle déterminant dans la croissance d’une économie fondée sur la connaissance.

Confrontées à un environnement économique en mutation rapide, les entreprises des pays industrialisés se doivent d'être à la pointe du développement technologique pour faire face à la concurrence internationale. Dans ce contexte, la recherche-développement et l’innovation jouent un rôle déterminant dans la croissance d’une économie fondée sur la connaissance.
Pour une région, la présence de laboratoires de recherche ou de centres d’expérimentation est ainsi tout à fait essentielle pour son avenir. Elle signale la présence d’activités de haute technologie et
témoigne d’une capacité de création et d’innovation indispensable à sa compétitivité.
Par sa concentration de moyens humains et financiers et par ses performances technologiques, la région Ile de France est de loin la première région française pour la recherche-développement privée et se positionne comme un pôle d’excellence d’envergure européenne et mondiale : en 2000, 42,8 % des effectifs de recherche privée français travaillaient en Ile de France et 46,3 % des chercheurs y étaient localisés. Les dépenses intérieures de R&D des entreprises franciliennes représentaient 47,7 % de la DIRDE1 française et 2,3 % du PIB2 régional. L’Ile de France représentait, en 2001, 6,2 % de l’activité de recherche technologique dans l’Union européenne, mesurée par le dépôt de brevet européen, et 2,6 % des brevets européens dans le monde.