Tourisme dans les métropoles mondiales : quel positionnement de Paris Ile-de-France face à ses concurrentes ? (partie 1/2)

auteurs 
Mathieu BELLIARD, Aurélian CATANA et Manon DECOME
208
janvier 2019
Une publication
du Crocis

Au même titre que Londres, New York, Shanghai ou encore Tokyo, Paris et sa région font partie des métropoles qualifiées de global cities. Ces villes sont aussi des « capitales » mondiales du tourisme ; mais laquelle des cinq compte le plus d’arrivées touristiques ? Quelle est celle qui dispose de l’offre d’hébergements la plus importante ? Laquelle enregistre l’évolution de trafic aérien la plus dynamique ? Dans laquelle la fréquentation des musées est-elle la plus élevée ? Lesquelles sont à la fois présentes sur le marché du tourisme de loisirs et sur celui du tourisme d’affaires ?

Du fait de leur poids économique, financier et politique, Paris, Londres, New York, Shanghai et Tokyo constituent les métropoles qualifiées de global cities ; au-delà de l’ampleur de la valeur ajoutée créée par les grands groupes qui y sont implantés, de la puissance de leur place financière ou encore de la qualité de leur écosystème éducatif, ces cinq métropoles sont aussi parmi les principales destinations mondiales du tourisme, qu’il s’agisse du tourisme de loisirs ou du tourisme d’affaires.

Paris Ile-de-France, première destination mondiale des touristes internationaux

En 2017, Paris et l’Ile-de-France ont accueilli 48,0 millions de touristes, dont 20,5 millions de visiteurs internationaux. La même année, Londres, principale métropole concurrente de Paris en Europe, a reçu 32,0 millions de touristes dont 19,8 millions de visiteurs internationaux en 2017. A New York et à Tokyo, le nombre de visiteurs internationaux dépasse les 13,0 millions tandis qu’il était de 7,2 millions à Shanghai en 2017.

Une offre hôtelière francilienne particulièrement dense

Paris et sa région disposaient de 156 405 chambres hôtelières en 2017, soit l’une des plus grandes capacités hôtelières au monde. Le Grand Londres comptabilisait 137 261 chambres, New York 119 131 et Tokyo 116 421. Shanghai en comptait 246 306 mais réparties sur une superficie plus de 60 fois supérieure à celle de Paris, plus de 19 fois à celle de l’Inner London ou encore plus de 8 fois à celle de New York.

L’offre hôtelière moins saturée à Paris Ile-de-France qu’à Londres, New York et Tokyo

En 2017, le taux d’occupation moyen en Ile-de-France, toutes catégories confondues, était de 73,2 %, en hausse de 6,1 points par rapport à 2016 mais toujours en retrait par rapport à 2014
(- 1,9 point). Les taux d’occupation moyen des hôtels les plus importants de toutes les métropoles étudiées sont observés à New York et à Tokyo (plus de 86,0 %). A Londres, le taux d’occupation moyen était de 82,0 % en 2017 tandis qu’il était d’à peine 75,0 % dans à Shanghai.
 

En partenariat avec