Formation : l'importance de se positionner dans un environnement international

Le 21/12/2015
À l’heure où l’employabilité des jeunes est plus que jamais au cœur des préoccupations des États, où l’adéquation entre besoins en compétences et formations est la raison d’être des universités et écoles, l’appareil éducatif de la CCI Paris Île-de-France se doit de rester pionnier dans son positionnement international, en accompagnant les entreprises dans la recherche de talents.
Anaïs Ravet
avatar CCI
Responsable de la Coopération internationale pour l'éducation et la formation, CCI Paris IdF
International
Formation : l'importance de se positionner dans un environnement international
Fotolia / CCI Paris Ile-de-France

En effet, plus qu’une simple question d’ouverture d’esprit, la capacité à travailler dans un contexte international est aujourd’hui une compétence transversale, qui fait partie des prérequis attendus par un grand nombre d’entreprises, quel que soit leur secteur d’activité.

Aussi, l’internationalisation des parcours de formation des 24 écoles de la CCI Paris Île-de-France se poursuit.

Si les grandes écoles de management se sont élevées au niveau mondial depuis fort longtemps et les classements successifs du Financial Times le prouvent, d’autres écoles portent haut les couleurs des savoir-faire français.

De plus en plus tournées vers l’international, elles accueillent des jeunes et des professionnels du monde entier et systématisent l’expérience internationale au sein de leurs cursus. En 2014, pas moins de 5 200 jeunes ont ainsi bénéficié d’une expérience à l’étranger dans le cadre d’un accord d’échange ou d’un stage.

Ces expériences à l’étranger sont facilitées par les 768 accords de partenariats académiques des écoles à l’international, mais aussi par l’accompagnement des jeunes dans leur recherche de stage notamment auprès des entreprises françaises établies à l’international.

Notre système de formation, résolument tourné vers les entreprises, est également un modèle qui attire les étudiants du monde entier.

En 2014, les écoles de la CCI Paris Île-de-France ont accueilli près de 7 300 étudiants internationaux dans le cadre de mobilités encadrées ou de démarches individuelles, que ce soit au sein des grandes écoles de management ou dans les écoles métiers pour des programmes longs ou courts.

Par ailleurs, pour répondre à la forte « demande de savoir-faire à la française » d’étudiants et de jeunes professionnels, Ferrandi Paris, Gobelins, La Fabrique, l’ISIPCA et TECOMAH développent à Paris, dans le cadre de « L’Université d’été de la French Touch », des programmes courts sur des thèmes aussi emblématiques que la gastronomie, la mode, le parfum, le cinéma d’animation ou l’aménagement paysager.

Ces initiatives sont relayées par le réseau culturel français à l’étranger et Campus France, qui reçoivent des demandes de plus en plus nombreuses de jeunes à travers le monde, désireux de se former à ces savoir-faire avec des méthodes pédagogiques innovantes, basées sur la pratique et reconnues par les professionnels, y compris à l’étranger.

Au-delà de l’attrait pour les écoles situées sur le territoire francilien, le modèle pédagogique de la CCI Paris Île-de-France s’exporte, par exemple aux côtés de l’Agence française de développement, pour accompagner, principalement dans un environnement francophone, des partenaires dans le développement d’offres de formations professionnelles.

C’est le cas au Togo, avec la mise en place de programmes d’appui à l’entrepreneuriat pour soutenir les créations d’entreprises et d’emplois ou encore à Madagascar, avec l’ouverture d’une école professionnelle d’informatique sous l’impulsion de chefs d’entreprise du secteur.

L’employabilité dans un périmètre international, c’est aussi la langue de travail et la CCI Paris Île-de-France s’est positionnée très tôt, dès 1958, en créant le Centre de langue française pour permettre aux individus de valoriser leurs compétences en français dans un contexte professionnel.

French Touch, francophonie économique, langue française… et si se positionner dans un environnement international c’était finalement réaffirmer son identité ?

Erik Orsenna le dit si bien : l’identité n’est pas une forteresse mais un port qui nous permet d’aller au large.

Derniers billets
Publier un commentaire 1 commentaire
Super dispositif, les échanges sont excellents pour nos études et notre culture !! Accueillez-vous des étudiants étrangers dans vos écoles ??