La première problématique d’un entrepreneur: savoir se vendre

Ruggero Pizzo est, depuis 2009, à la tête de Numerial, un groupe spécialisé dans l’intégration de solutions de gestion électronique de l’information en entreprise. Une belle réussite professionnelle dans le monde des « IT » (*) amorcée à Sup de V, une école de la CCI Paris Île-de-France entièrement dédiée aux métiers commerciaux.

« Notre marché est en pleine effervescence », souligne le directeur général de Numerial. « Réservées autrefois aux grands groupes, les solutions de dématérialisation et de Gestion Electronique de documents (GED) sont aujourd’hui plus accessibles aux PME-PMI. »

Une conjoncture favorable sur laquelle l’entreprise a su construire son développement. Numerial regroupe à présent quatre entreprises, emploie 25 collaborateurs et réalise près de 4 M d’€ de CA en France et sur le continent africain.

Quelques mois avant de créer Numerial, Ruggero Pizzo ne s’imaginait pourtant pas à la tête d’une entreprise : « J’ai souvent pensé qu’il fallait être un peu cinglé pour se lancer dans ce type d’aventure. C’est plutôt l’expérience qui m’a conduit, petit à petit, vers l’entrepreneuriat. »

Celle-ci s’est construite, entre autres, sur les bancs de l’école : « A Sup de V, j’ai suivi pendant deux ans une formation pour devenir manager en ingénierie d’affaires. On travaille la plupart du temps par petits groupes et non en amphi et l’alternance pratiquée par cette école nous plonge déjà dans une activité professionnelle et dans la vraie vie. J’ai d’ailleurs effectué mon apprentissage chez un intégrateur de solutions IBM », précise Ruggero Pizzo. Un « pied à l’étrier » qui l’a conduit à exercer, ensuite, différentes fonctions de commercial puis de directeur commercial, en particulier chez un éditeur de logiciel de développement. « J’ai capitalisé sur cette expérience dans la suite de mon parcours professionnel. »

« La première problématique pour un entrepreneur, c’est aussi de savoir se vendre, de bien pitcher et de défendre son projet », souligne également le directeur général de Numerial. « Et de ce point de vue, Sup de V m’a clairement fourni de bonnes billes. »

(*) Technologies de l’information

Le 15/10/2015