Rencontre avec Julie Hardouin, chargée de mission au CIRPP

'' Les six axes de l’engagement éducatif et l’ambitieux projet du CIRPP, cela a fait sens pour moi ! ''

Campus : Vous êtes diplômée du Mastère Spécialisé « Management de Projets Internationaux » à ESCP-EAP, pouvez-vous nous dire concrètement le lien entre ces études et votre choix de travailler au CIRPP ?

Julie Hardouin : « Dans le cadre de ce mastère j’ai suivi un cours de « tutorat » qui a été déterminant dans mes choix. Ce module m’a poussée à réaliser une thèse professionnelle sur la créativité, l’innovation et la transdisciplinarité. Ma recherche portait notamment sur l’étude du processus créatif dans divers milieux (artistique, scientifique, entrepreneurial ...) et sur l’importance de l’art dans la démarche d’innovation. Lorsque François Fourcade , directeur scientifique du CIRPP et Nathalie Berriat, en charge du développement pédagogique à la direction de l’enseignement, m’ont présenté les 6 axes de l’engagement éducatif, les valeurs « ccipiennes » et l’ambitieux projet du CIRPP, cela a fait sens pour moi et j’ai souhaité m’impliquer dans cette aventure. »


Campus : Quelles sont vos missions au sein du CIRPP?


JH : « Elles sont très variées ! Le CIRPP ayant vu le jour il y a un peu moins d’un an -en mars 2008, nous fonctionnons en mode « start-up ». Mes missions vont donc de la gestion administrative du CIRPP, organisation des réunions du « chercheur collectif », conférences, administration de l’espace de travail collaboratif, à la gestion du bon déroulement des expérimentations pédagogiques sélectionnées dans le cadre des différents appels à projets ; j’apporte également mon appui au pôle Professionnalisation et développement des compétences de la DRH de la Direction de l’enseignement, dans la coordination du projet de la première Université d’été des enseignants et pour lequel le CIRPP est partenaire. »


Campus : Quels sont les apports professionnels et personnels que cette activité vous a permis de développer?


JH : « Cette mission est très stimulante tant sur le plan professionnel – de par la diversité des activités et le travail en transversalité qu’elle suppose – que sur le plan personnel et humain.
Mon activité me donne l’opportunité d’échanger sur des problématiques de recherche ainsi que sur des questions pédagogiques « terrain » précises et concrètes, avec des personnes aux profils aussi divers que passionnants qui vont de l’artiste plasticien au chercheur en sciences de l’éducation.
Par chacune de ces rencontres, j’espère avoir développé un regard ouvert ainsi qu’une meilleure connaissance du monde de la formation et de ses enjeux. »