Commerces connectés : quand les vitrines du quartier communiquent en réseau

Redonner aux commerces de centre-ville un nouveau potentiel d’attraction grâce à des vitrines digitalisées et intelligentes, c’est l’ambition d’ECRANCity. Rencontre avec Bastien Autret, co-fondateur de cette jeune entreprise des Hauts-de-Seine accompagnée par la CCI.

ECRANCity est née sur un coin de table de restaurant. Racontez-nous ?

Lors d’un diner entre amis, nous avons voulu apporter un coup de pouce à Mohammed Errifi, l’un des quatre co-fondateurs d’ECRANCity*, pour développer la communication de son restaurant. Laetitia, qui venait de chez JCDecaux, lui a proposé d’apporter une touche digitale à son établissement en mettant en place des écrans pour diffuser des messages d’accueil et des promotions.

Elle s’est ensuite dit que l’on pourrait développer un programme permettant de connecter ces écrans à distance et faire évoluer les messages en fonction de l’affluence, de l’actualité ou de la saison.  Nous nous sommes vite aperçu que cette solution pouvait potentiellement intéresser d’autres établissements indépendants qui éprouvent souvent des difficultés à se faire connaître. 

Quelle a été votre approche ?

Il est souvent compliqué d’être à la fois un bon restaurateur ou commerçant et un bon communiquant. Ce sont des métiers totalement différents. Avec ECRANCity, nous proposons une solution permettant aux professionnels de se concentrer à 100 % sur leur métier tout en s’appuyant sur nos écrans pour gérer leur communication. Notre ambition, c’est aussi d'offrir au commerçant de proximité les mêmes armes que les enseignes des grands centres commerciaux, pour promouvoir leur point de vente et redonner de l’attrait et du dynamisme aux cœurs de ville. 

Comment fonctionne votre solution ?

Nos écrans, installés en vitrine ou à l’intérieur des commerces, diffusent au quotidien des messages gérés à distance à partir d’une base de données, avec un affichage dynamique adapté en fonction de l’enseigne et du contexte. On peut par exemple susciter l’attention en créant des messages conviviaux pour les passants qui se promènent devant le magasin, afficher la météo du jour ou tout simplement déclencher l’envie de consommer en mettant en scène les produits du commerçant. 

Vos écrans sont interconnectés en réseau. Expliquez-nous ?

Les différents écrans installés chez les commerçants sont effectivement connectés les uns aux autres. Un professionnel peut par exemple faire passer sa pub, non seulement sur son point de vente, mais aussi sur les écrans d’un autre commerçant non concurrent, et réciproquement. Ils vont en quelque sorte s’entraider et tout le monde s’y retrouve ! Si votre enseigne est installée par exemple dans un endroit peu passant, cette solution va vous permettre de vous afficher ailleurs, dans un quartier plus fréquenté et de gagner en visibilité. Dans chaque réseau, les contenus sont répartis en fonction des complémentarités des annonceurs pour une diffusion sur 10 à 50 écrans. Les messages circulent d’une vitrine à l’autre, touchant une audience ciblée locale.

Votre solution digitale permet également de recueillir de précieuses données…

ECRANCity gère des données pilotées en temps réel et alimentées par un système de géo-tracking prédictif. Les passages sont détectés grâce au smartphone. On peut ainsi connaître les habitudes comme les rythmes, les trajets, les pics d’affluence, ou encore les temps d’arrêt devant la vitrine et les réactions du passant par rapport au message diffusé. On peut ensuite croiser ces informations avec des données qualitatives fournies par nos partenaires. 

Trois ans après la création de l’entreprise, où en êtes-vous ? 

Nous avons aujourd’hui près de 1 600 écrans connectés et gérés à distance. Depuis un an, nous enregistrons une très forte accélération de nos ventes et cela ne cesse de croitre. Notre développement, axé au départ sur l’Île-de-France, commence à s’étendre sur toute la France et nous espérons même pouvoir proposer, à terme, notre solution à l’international. Nous avons aussi des hôtels qui adoptent notre service pour diffuser sur leurs écrans autre chose que des chaines d’actu en continu, des messages sur les petits restaurants du quartier notamment.

Notre ambition, c’est aussi de créer du lien entre les différents utilisateurs de notre solution. Nous avons ainsi mis en place les Days’City, des petits déjeuners permettant à des commerçants d’un même quartier d’échanger entre eux des idées de communication. Le digital est encore bien souvent perçu par toute une génération de commerçants comme une menace. Notre plus grande satisfaction, c’est d’avoir réussi à convaincre cette génération de l’utilité de notre support pour retrouver un pouvoir d’attraction et dynamiser les ventes.

Quel a été l’apport de la CCI dans votre développement ? 

Nous avons reçu un très grand appui de la CCI Hauts-de-Seine, des conseils sur la façon de nous développer ou d'obtenir des financements pour notre budget R&D. La Chambre nous a également mis en relation avec pas mal de nos futurs clients. Lors du salon VivaTech en 2019, nous avons ainsi pu aller à la rencontre de commerçants ou futurs commerçants qui ont été séduits par notre produit. Nous avons même décroché à cette occasion un contrat avec une chaine de restaurants bio.

En savoir plus sur 

Voir aussi : 

(*) Bastien Autret, Mohamed Errifi, Laetitia Hansen et Walid Elghazi sont les co-fondateurs d’ECRANCity
 

Le 28/01/2020