5 conseils pour réussir le financement de sa croissance

Pour assurer le développement de son entreprise, le dirigeant est très vite confronté à des questions de financement. Comment bien préparer cette étape ? Comment optimiser ses chances d’obtenir un financement ? Voici 5 conseils pour réussir cette étape cruciale.

1 - Privilégier une approche diversifiée

Pour financer la croissance de son entreprise, plusieurs types de financement peuvent être mobilisés : augmentation de capital, prêt d’honneur, prêt bancaire, subventions d’exploitation, financement court-terme… Certains devant être privilégiés en fonction des besoins. Dans tous les cas, diversifier les sources aura l’avantage d’optimiser les conditions de financement, mais aussi de réduire les risques et d’activer l’effet levier.

A la tête d’Eco CO2, une entreprise qui accompagne et sensibilise des consommateurs sur leur impact environnemental, Jacques Allard témoigne : « Alors que nous envisagions de nous financer en faisant entrer un investisseur à notre capital, les experts de la CCI nous ont conseillé, compte tenu de notre profil, de privilégier des financements bancaires avec différé de remboursement. Nous n’avions pas pensé à cette solution. Or, elle nous a permis de préserver une totale autonomie quant à la gestion de notre entreprise. »

Par ailleurs, Eco CO2 étant labellisée ESUS (entreprise solidaire d’utilité sociale), elle a facilement retenu l’attention d’acteurs publics et privés du financement ayant des solutions sur mesure ou une sensibilité particulière pour l’économie sociale et solidaire. Il est donc nécessaire de bien se renseigner sur les aides spécifiques à son propre secteur d’activité.

2 - Opter pour un discours stratégique et avoir un besoin en financement précis

« Nous constatons que les demandes de financement échouent souvent en raison d’une inadéquation entre le discours tactique et opérationnel des dirigeants et l’attente d’une vision stratégique et financière des financeurs » précise Vivien Lacône, responsable financement à la CCI Paris Ile-de-France.

En effet, un Chargé d’affaires entreprise en banque doit s’assurer de la capacité de la société à faire face à ses engagements financiers. Il va donc vérifier que le financement sollicité cible un besoin ou un projet de développement clairement identifié et que les perspectives présentées respectent des équilibres financiers sains. Un business plan, un executive summary de ce business plan et un prévisionnel financier sur 3 ans devront donc compléter la demande.

Il est également essentiel de bien chiffrer le besoin en financement, mais aussi la capacité de remboursement de son entreprise. Lorsqu’un entrepreneur fournit ce travail d’évaluation en le reliant aux résultats de sa société, la corrélation entre les deux rassure le banquier.

3 - Augmenter ses fonds propres

L’un des premiers indicateurs financiers que regarde un organisme bancaire ou financier est le montant des fonds propres de la société. Plus ces fonds seront élevés, plus la société sera perçue comme solide et donc, plus il sera disposé à accorder un financement.

Pour augmenter ses fonds propres, l’entreprise a plusieurs options. Elle peut par exemple s’appuyer sur un investissement de ses dirigeants eux-mêmes ou de leurs proches (la fameuse « love money »). Mais d’autres outils existent, notamment les prêts d’honneur proposés par des réseaux tels que France Initiative ou le Réseau Entreprendre. Il s’agit de prêts personnels à taux zéro qui doivent être affectés à la société en capital ou en compte courant d’associés. Ils visent justement à créer un effet de levier pour faciliter l'accès aux autres financements comme les prêts bancaires.

4 - Se renseigner sur la situation de son entreprise auprès de la Banque de France

Lorsqu’un établissement de crédit est sollicité par un nouveau client pour l’obtention d’un prêt, il vérifie plusieurs informations auprès de la Banque de France, en particulier la cotation qu’elle attribue aux entreprises pour évaluer leur santé financière.

Le fondateur de l’entreprise a donc intérêt, avant même de faire sa demande de financement, à demander un accès à sa cotation et à la situation de son entreprise pour savoir si elle est fichée. Ce qui peut arriver à la suite d’incidents de paiement, de gestion... Solliciter la Banque de France pourra, dans certains cas, permettre de régler le problème, d’améliorer sa note et de débloquer la situation.

5 - Faire un point avec son expert-comptable

Vivien Lacône conseille enfin de faire établir par son expert-comptable un état comptable intermédiaire afin d’anticiper la demande de certaines banques qui exigeront d'en savoir plus sur l'état des comptes pour analyser la demande de financement. Cela permettra par ailleurs au dirigeant de savoir « où il en est » et d’évaluer sa capacité d’endettement à date.

Au-delà de ces cinq conseils, il faut retenir que le financement de la croissance ne s’improvise pas. C’est une étape essentielle dans la vie d’une entreprise qui pourra booster son développement, alors qu’un échec pourra la fragiliser ou la mettre en difficulté.

Si vous souhaitez bénéficier de l'expertise de la CCI Paris Ile-de-France en matière de financement, contactez le 0820 012 120 (service 0,12 € / min + prix appel)

En savoir plus

 

Le 11/03/2019