"L'accompagnement juridique de la CCI Paris Île-de-France nous a été précieux pour mieux avancer"

Studio de création digitale, Atomic Soom s’est spécialisé dans l’élaboration de contenus ludiques, intelligents et interactifs. Une activité à mi-chemin entre le développement informatique et la création graphique, qui, depuis son lancement en janvier 2012, s’inscrit dans une logique transmédia.

« La démocratisation des tablettes tactiles a révolutionné le marché et les modes de consommation », explique Antoine Vu, co-fondateur d’Atomic Soom. « Ces nouveaux écrans offrent non seulement de nouvelles expériences aux consommateurs, mais ils permettent aussi de transmettre des émotions autrement que seulement par les images ».

Rendre la pédagogie ludique et proposer une nouvelle façon de communiquer, en mélangeant l’innovation et la créativité : en seulement trois ans, Atomic Soom a su se faire sa place au sein de l’écosystème digital et collabore désormais avec de grandes agences de communication, des associations, des banques ou encore des cabinets de conseil.

Un développement dynamique qui, pourtant, ne s’est pas fait tout seul. « Au bout d’une première année assez difficile, où beaucoup de portes nous semblaient fermées, nous nous sommes posés énormément de questions. C’est justement à ce moment-là que l’appui de la CCI Paris Ile-de-France a été crucial pour le développement de notre activité », raconte Antoine Vu.

« Notre interlocuteur de la CCI nous a ouvert l’esprit, nous a aidés à surmonter les obstacles du début et nous a mis en relation avec un certain nombre d’acteurs pouvant nous épauler ». Un soutien qui s’est également traduit par un accompagnement juridique et administratif, comprenant notamment un audit sur la marque et les différents produits créés par Atomic Soom.

« Les équipes de la CCI nous ont donné des conseils précieux pour structurer nos dossiers de financement, rédiger les contrats de travail de nos futurs collaborateurs et constituer notre demande de crédit d’impôt innovation », précise-t-il. « Leur appui nous a reboostés et nous a permis de lever un certain nombre de freins pour mieux avancer ».

Le 18/04/2016