Commerçants et insécurité : comment faire face?

La sécurité est l’une des conditions au bon exercice des activités économiques. Or, les commerces ne fonctionnent pas toujours dans un environnement propice à leur développement. De nombreuses agressions, de plus en plus violentes, sont en effet à déplorer. C'est pourquoi, la CCI Paris Ile-de-France propose plusieurs pistes d'amélioration.

La prévention est un élément essentiel dans la lutte contre l’insécurité. Il faut sensibiliser et former les commerçants à ces problématiques. « Cela passe par la généralisation de procédés qui ont fait leur preuve comme l’activation du plan anti hold-up, précise Marcel Bénezet, membre élu de la CCI Paris Ile-de-France et auteur du rapport. Des guides de bons réflexes dans lesquels les commerçants trouveront des réponses concrètes doivent également être diffusés. »

La vidéo-protection est aussi une mesure de prévention efficace, mais soumise à des formalités administratives assez lourdes. « Nous préconisons donc de les simplifier : alors qu’une autorisation préfectorale est aujourd’hui requise, une simple déclaration devrait suffire » explique-t-il.

La sécurité suppose en outre un partenariat actif et permanent entre les commerçants, les forces de l’ordre et les consommateurs, notamment par l’intermédiaire des contrats locaux de sécurité. « Les CCI, qui représentent les commerçants, doivent jouer un rôle d’interface avec les autorités publiques » ajoute Marcel Bénezet.

En matière de répression, enfin, il est essentiel que les victimes puissent déclarer une infraction sans craindre, ni de perdre leur temps, ni de subir des représailles. Les procès-verbaux doivent donc être simplifiés et l’utilisation d’outils répressifs modernes encouragée, tels les main-courantes virtuelles et les alertes SMS permettant la déclaration rapide et discrète d’une agression.

Consultez les propositions du rapport « Commerçants et insécurité : comment faire face ? »

Le 01/07/2013