EXPOFRANCE 2025 : l’exposition universelle du 3ème type

Les expositions universelles ont-elles encore un sens dans une économie post-industrielle et dans un contexte de crise ? Plus que jamais, selon Jean-Christophe Fromantin, président d'EXPOFRANCE 2025. Invité, le 24 octobre dernier du Club Entreprises La Tribune – CCI Paris Île-de-France, le député-maire de Neuilly-sur-Seine voit dans la candidature française à la prochaine exposition internationale de 2025, l’occasion pour notre pays de retrouver sa capacité à se projeter dans le futur.

La France n’est plus aujourd’hui regardée comme un grand projet d’avenir, regrette Jean-Christophe Fromantin. « Notre pays a pourtant des atouts extraordinaires. L’idée de cette exposition universelle, c’est de matérialiser la valeur de l’ensemble de nos atouts. C’est aussi de mobiliser notre jeunesse pour qu’elle s’inscrive avec nous dans ce projet. »

Plus de 500 étudiants venus de différentes universités et grandes écoles (Sorbonne, Sciences Po, ESCP Europe) ont d’ailleurs été associés dès le départ à la préparation de cette candidature. « Nous voulons également entraîner avec nous tous ceux qui ont des responsabilités politiques et économiques dans cette ambition et cette vision de long terme. »

Loin d’être une simple vitrine technologique, ce projet est aussi l’occasion pour la société française de se réconcilier avec elle-même, au-delà des clivages socio-économiques et politiques, selon le président d'EXPOFRANCE 2025.

L’exposition du 21e siècle

Le projet EXPOFRANCE 2025 souhaite aussi proposer autre chose qu’une simple exposition de pavillons sur 500 hectares desservie par un métro dédié. Le modèle d’exposition qui a prévalu au XIXe et au XXe siècle est aujourd’hui dépassé, selon le député-maire de Neuilly-sur-Seine. « On y exposait des prouesses architecturales et ce qui se faisait de meilleur au niveau de chaque pays, mais au fond, on n’inventait rien. Nous avons voulu changer de modèle en privilégiant l’échange, le partage d’expérience et la convivialité et en plaçant cette exposition sous  le signe de l’hospitalité. »

Ce projet raisonné et raisonnable, porté par la mobilisation des ressources privées (grandes entreprises, PME, particuliers) s’appuiera en partie sur des infrastructures existantes ou déjà programmées avant cette candidature.

Le village principal de l’exposition, entre la Défense et les Tuileries capitalisera ainsi sur quelques grands monuments emblématiques comme le Grand Palais, la tour Eiffel ou le Musée d’Orsay. Les 6 ou 7 villages thématiques implantés en Île-de-France (Saclay, Rungis…) seront rapidement connectés grâce au futur réseau du Grand Paris Express. Quelques grandes métropoles régionales accueilleront également différents colloques, ouvrant ainsi largement cette exposition universelle sur le territoire.

« Cet évènement sera la synthèse de nos territoires et du monde économique. Je suis également convaincu que ce projet aura un effet mobilisateur qui ira bien au-delà de cette exposition universelle. Il y a un chemin. A nous d’entraîner dans ce chemin le plus de monde possible » insiste Jean-Christophe Fromantin.

Le choix du pays organisateur de l’exposition universelle 2025 sera entériné par le Bureau international des expositions (BIE) en 2018.

Pour en savoir plus sur le projet EXPOFRANCE 2025

La CCI Paris Île-de-France partenaire du projet EXPOFRANCE 2025

Le 29/10/2014