Grand stade de rugby, un projet moteur pour le Grand Paris

La construction du Grand stade de rugby est un projet ambitieux dont la vocation est de participer à la dynamique économique, au rayonnement et à l’attractivité de l’Île-de-France. Il renforcera le tissu d’équipements sportifs de la région et apparaît comme une véritable opportunité de développement économique pour l’Essonne et le sud francilien.

 

Pour la CCI Paris Île-de-France, le Grand stade de rugby, équipement d’envergure à vocation internationale, permettra de consolider la position de la région capitale comme métropole leader en termes d’accueil de grands événements sportifs et culturels. Avec ses caractéristiques multifonctionnelles, il complètera l’offre d’équipements de l’Île-de-France et contribuera à son rayonnement sportif mondial, dans la perspective des candidatures de la France à la coupe du monde de rugby en 2023 et de Paris aux Jeux olympiques en 2024.

Potentiellement générateur de fortes retombées économiques et touristiques (que la CCI Paris Île-de-France a estimé à plus de 250 M€ par an, dont 60 M€ additionnels), le Grand stade devrait avoir un effet d’entraînement créateur d’emplois confortant le sud francilien comme un des pôles de développement du Grand Paris. Il s’accompagne de l’émergence d’un cluster à l’échelle de l’Île-de-France structurant la filière sport. La CCI Essonne participera activement à ce projet afin qu’il puisse contribuer aux succès sportifs et au renforcement du savoir-faire des entreprises locales.

Cependant, l’amélioration de l’accessibilité globale du site est une condition préalable à la réussite du projet. Un équipement de cette envergure nécessite une desserte en transports adaptée aux multiples besoins des usagers et des entreprises du territoire, et adaptable aux pics d’affluence. Il est donc essentiel que les délais de livraison des projets de transports en commun soient respectés et que la mise en œuvre des projets inscrits aux schémas directeurs soient accélérés, en particulier les RER C et D.

De même, il est indispensable d’affiner les analyses en réalisant des études d’impacts économiques fines au regard des investissements privés et publics envisagés, afin d’apprécier la valeur ajoutée du Grand stade dans sa globalité et à l’échelle régionale. Enfin, sur le plan immobilier, le volume et la ventilation fonctionnelle des surfaces des commerces et des bureaux doivent être précisés pour éviter un risque de suroffre en Île-de-France.

Pour en savoir plus :
- consulter le cahier d’acteur de la CCI Paris Île-de-France
- consulter le cahier d’acteur de la CCI Essonne (cahier d’acteur n°5)

Le 01/04/2014