"L’incubateur HEC nous a permis de booster le développement de notre activité"

Agence de voyages en ligne, Crazy-Voyages s’est spécialisée dans l’organisation de séjours courts et festifs. Enterrements de vie de célibataire, week-ends entre amis, séminaires d’entreprise… Au programme : pas moins de 70 destinations, en France et à travers l’Europe, et plus de 5 000 activités, insolites, originales ou décalées.

« Après avoir organisé plusieurs enterrements de vie de garçon pour des amis, nous avons réalisé qu’il existait de vraies opportunités d’affaires dans ce domaine », se souvient Aurélien Boudier, co-fondateur de la société.

« L’idée de créer notre propre agence de voyages est née en juin 2009, nous avons obtenu la licence en décembre, et en février 2010 notre premier site était en ligne ». Un démarrage rapide, mais pour le moins concluant. 

Des séjours « tout compris » 

« Très vite, nous avons été amenés à recruter de nouveaux collaborateurs et à développer notre offre, désormais destinée à une clientèle française et étrangère », préciset-il. « Notre formule comprend les transports, l’hébergement et toutes les activités sur place. Nous ne vendons que ce que nous avons testé et aimé ». Une vraie valeur ajoutée, aussi bien au niveau du conseil qu’au niveau de la vente, et la promesse d’offrir aux voyageurs un séjour qui leur ressemble. 

Aujourd’hui, l’équipe de Crazy-Voyages réunit une trentaine de collaborateurs, l’objectif pour 2016 étant de réaliser un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros et de rassembler pas moins de 30 000 clients. « Sans hésitation, le fait d’avoir pu rejoindre l’incubateur HEC a été un véritable booster pour le développement de notre activité », explique Aurélien Boudier. « Il s’agit d’un environnement stimulant, encourageant le partage de connaissances au sein d’une vraie communauté d’entrepreneurs ». 

Affilié à la CCI Paris Ile-de-France, l’incubateur HEC ne manque, en effet, pas d’atouts. « Que ce soit pour structurer notre discours commercial, aborder des aspects juridiques ou clarifier des questions de financement, les échanges avec les intervenants et professeurs ont été plus que précieux. C’est un privilège et une chance d’avoir accès à un tel niveau d’expertise ».

Le 11/07/2016