A l'écoute du monde

Vous ne les connaissez peut-être pas mais vous en avez sans doute déjà entendu parler. Les systèmes de sonorisation d’APG France se retrouvent en effet aussi bien dans les stades, les salles de spectacles, les centres de congrès que dans les hôtels. Créée il y a 35 ans, la petite entreprise valdoisienne a acquis une solide réputation dans le monde professionnel et a franchi le mur du son à l’international.

« Notre société fabrique, installe et distribue du matériel de sonorisation depuis 1978. En 2004, une partie des collaborateurs de cette entreprise - qui avait été reprise par un grand groupe - a racheté la marque pour construire une stratégie de développement indépendante et faire d’APG, une marque capable de se hisser sur les marchés internationaux » indique Grégory Dapsanse, vice-président de cette PME implantée au Thillay, dans le Val-d’Oise.

A l’époque, son marché est essentiellement tourné vers la France (95 % de son chiffre d’affaires). « Nous avions, parmi nos concurrents, des entreprises étrangères mais aussi des marques françaises qui faisaient près de 90 % de leur CA à l’export. Cela nous a incité à aller plus loin dans notre démarche à l’international. »

L’entreprise a de bonnes cartes en main, l’expérience du métier, un savoir-faire et des équipes compétentes « …mais nous nous sommes rapidement rendu compte que pour faire la différence sur les marchés internationaux, nous devions travailler de manière constante la recherche et développement pour proposer une gamme de produits véritablement innovants et qui nous permettent de nous différencier. Au-delà de la technique, comme nous nous inscrivons souvent sur des projets de long terme, il nous fallait aussi nous positionner comme des partenaires à part entière en mettant en avant une vraie philosophe de service, d’écoute et de suivi de notre clientèle. »

APG France a bénéficié des précieuses recommandations d’une conseillère de la CCI Val-d’Oise : « nous avions déjà travaillé à l’étranger, mais plutôt au coup par coup. Pour s’installer durablement à l’international, il nous fallait construire une vraie démarche sur le long terme, sécuriser notre approche des marchés en ayant recourt à l’assurance prospection, revoir également les modes de financement de l’innovation trop axés sur l’auto-investissement. Le programme d’aide PM’UP nous a ainsi permis de participer à différents salons et de nous faire connaitre à l’étranger. »

Après quelques contrats en Europe puis en Russie, qui lui ont offert une crédibilité à l’international, APG s’est tourné il y a quelques années vers l’Asie, un marché qu’il convient d’aborder autrement, souligne Grégory Dapsanse : « nous avions commencé au départ par des contrats de distribution mais nous misons d’avantage aujourd’hui sur le montage de joint-ventures plus adaptées aux marchés lointains. Dans un schéma classique de distribution, les choses peuvent s’arrêter du jour au lendemain.  Dans une joint-venture, les entreprises s’engagent, on parle de participation au capital de l’entreprise, la confiance arrive beaucoup plus vite. Après Singapour, nous avons monté un deuxième projet de ce type à Hong Kong. »

L’entreprise, qui emploie aujourd’hui 13 personnes, réalise à présent 35 % de son CA à l’international.

Le 09/02/2015