Les jeunes et le Grand Paris

Le développement économique du Grand Paris dépend en partie de sa capacité à attirer les jeunes talents sur son territoire. Fort de ce constat, la CCI Paris Ile-de-France a sondé ses étudiants par le biais de son observatoire de la formation, de l’emploi et des métiers (OFEM), pour recueillir leurs opinions sur le Grand Paris. Au total, 1 700 jeunes de 18 établissements ont répondu à cette enquête en novembre 2016. Quelles sont les clés de l’attractivité de ce territoire et ses faiblesses ? Retour sur les principaux enseignements de l’étude…

Une bonne connaissance du Grand Paris et des projets

60% des jeunes ont entendu parler du Grand Paris. Parmi eux, la quasi-totalité sait que les projets concernent la région parisienne et pas uniquement Paris. 87% pensent que le Grand Paris permet de construire de nouvelles gares et lignes de transport et 47% de nouveaux logements.

Etudier à Paris oui, mais des avis plus nuancés pour y vivre

26% des jeunes sondés souhaitent poursuivre leurs études à Paris, devant Montréal (12%) et New York (12%). Les principales raisons du choix d’une ville pour y étudier sont pour 70% d’entre eux le cadre de vie, les opportunités professionnelles (56%) et la mixité/diversité des habitants (29%).

Concernant le choix d’une ville pour vivre à la fin de leur formation, les écarts entre les résultats sont plus réduits : 23% répondent Paris, 18% une ville non mentionnée dans le questionnaire et 12% sont indécis.

Paris, un cadre agréable mais un coût de la vie élevé

Les niveaux de satisfaction concernant la vie culturelle et le choix et la diversité des commerces pour Paris et sa région sont très élevés. Pour la capitale, ces taux sont de 89% pour le choix et la diversité des commerces et de 93% pour la vie culturelle.

Pour l’ensemble de la région parisienne, le niveau de satisfaction concernant la mobilité et les transports en commun est de 62% (de très satisfaits et plutôt satisfaits), contre 78% lorsqu’il s’agit de Paris.

Si le Grand Paris dispose de réels atouts, ses acteurs doivent désormais définir une stratégie en direction des jeunes pour en faire de véritables ambassadeurs. En effet, seulement 8% d’entre eux seraient des « promoteurs » et recommanderaient Paris et sa région à un(e) ami(e).

Le 01/02/2017