Faites appel à nous !

Des chefs d’entreprise, interviewés par le Parisien Eco (parution du 16 avril 2018) témoignent de ce que la CCI Paris Île-de-France leur a apporté dans le développement de leur entreprise.

Créer une entreprise

Au sortir de ses études de commerce, Julien Le Goff s’inscrit à Pôle emploi et planche sur un projet d’entreprise de vente de vélos électriques. « Comme tout novice, on regorge d’idées, mais je me noyais », reconnaît-il. A l’aise en marketing et en gestion, le Francilien de 22 ans réalise business plan et étude de marché, puis sollicite la CCI à Serris (Seine-et-Marne), près de Montévrain où sa société Bo Biclou est implantée depuis 2016.

L’accompagnement de quatre mois lui permet de rencontrer une conseillère en création d’entreprise, mais aussi des experts financiers et juridiques. L’occasion de bétonner son dossier, notamment sur la protection du logo et des données des clients qui achètent en ligne. « Je voulais me poser les bonnes questions pour que l’entreprise soit pérenne », explique le jeune diplômé, qui peinait à trouver des financements.

Dans la foulée, il passe devant un jury de la CCI Seine-et-Marne qui lui accorde un prêt d’honneur à taux zéro de 10 000 €. Ajouté à son apport de 20 000 €, ce coup de pouce est « déterminant », selon lui, pour obtenir un prêt de 70 000 € auprès d’une banque.

Enfin, « cerise sur le gâteau », comme il dit : un patron retraité dans l’automobile, parrain bénévole de la CCI, continue de lui distiller des conseils tous les dix jours. « Au début, on se voyait dans un bureau. Aujourd’hui, on se voit au resto. C’est une relation amicale », savoure-t-il.

Bo Biclou emploie désormais 4 personnes et a réalisé 1,2 M€ de chiffre d’affaires l’an passé. Ses clients sont à 85 % des particuliers. Collectivités et entreprises sont également intéressées par son offre de location longue durée.

Exporter

Matthieu d'Epenoux, patron du fabricant versaillais de jeux de sociétés Interlude, ne pensait pas que sa TPE réaliserait un jour 40 % de son chiffre d’affaires de 3,4 M€ à l’étranger.

Débrouillard, le dirigeant a d’abord trouvé des distributeurs en Pologne, en Chine ou au Brésil, en participant à des salons internationaux, comme celui de Nuremberg (Allemagne), une référence pour les industriels du jouet. « Sans formation à l’export », il a ensuite eu l’idée de se rapprocher de la CCI Versailles-Yvelines, dont le « Plato International » regroupe aujourd’hui une quinzaine de sociétés exportatrices. Objectif : échanger autour de problématiques communes. « Tout le monde s’engage à ne pas partager des informations à l’extérieur. Du coup, on est en confiance totale », apprécie Matthieu d’Epenoux, qui précise : « On ne sort pas avec des solutions, mais des pistes de réflexion, par exemple sur comment se faire payer. »

Les réunions, de 18h30 à 22h, sont organisées dans les locaux de la CCI ou dans une entreprise participante. « J’y trouve mon compte car ce n’est pas trop prenant », poursuit-il. Ce programme lui coûte 2 000 € et s’étale sur deux ans.

Digitaliser

Chez CPIM, une PME dans l’immobilier basée à L’Isle-Adam (Val-d’Oise), diversification rime avec digitalisation. Son patron, Cyrille Pierron, a créé l’an passé CPIM Invest pour un nouveau créneau : l’investissement locatif. L’occasion de « faire un audit complet de notre dispositif digital pour attirer de nouveaux clients », explique-t-il.

Cette idée lui a été suggérée par une conseillère de la CCI Val-d’Oise qu’il a rencontrée. A l’issue de l’audit, qui lui coûte 118 €, la CCI l’oriente vers une agence de marketing. Sa mission ? Refonder le site Internet et optimiser son référencement dans les moteurs de recherche. Autre point d’amélioration, la page d’accueil est rendue « plus humaine », observe-t-il. On y voit en effet une famille heureuse à laquelle pourrait s’identifier des primo-accédants.

L’agence lui a également conseillé de créer une page Facebook. Résultat ? « Il y a beaucoup de clics », dit l’entrepreneur qui constate cependant qu’il n’est pas toujours facile de recruter de futurs investisseurs sur les réseaux sociaux.

Consultez l’enquête complète
 

Le 16/04/2018