Réussir sa carrière à l’étranger : témoignage de Patrick Lageron, diplômé d’ESIEE Paris et de l’ESSEC

Dès sa formation, Patrick Lageron a construit son chemin professionnel en dehors des sentiers battus. Soif d’apprendre, curiosité et ouverture d’esprit ont rythmé le parcours de ce diplômé de deux écoles de la CCI Paris Île-de-France, ESIEE Paris et l’ESSEC, qui a décidé de mener sa carrière au Canada.

Après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur, dans les technologies de l’information et de la communication, Patrick Lageron a souhaité compléter sa formation et s’est orienté vers un Mastère Spécialisé en stratégie et ingénierie des affaires internationales.

Mobilité professionnelle et mobilité géographique

Fort de ses compétences variées, il a débuté sa carrière en tant qu’ingénieur. Il a ensuite évolué vers le métier d’ingénieur avant-vente puis de consultant pour se tourner enfin vers la vente, métier qu’il exerce aujourd’hui.

Mobile professionnellement, Patrick Lageron a également rapidement opté pour l’international. Il explique ainsi que sa participation à un programme Erasmus à Glasgow, en Ecosse, où il a eu « l’opportunité de découvrir de nouvelles façons de voir les choses, de nouveaux styles de vie, modes de pensée ou spécialités culinaires », l’a fortement incité à « envisager de repartir à l’étranger si l’occasion se présentait ».

L’occasion s’est d’ailleurs rapidement présentée puisque, dès la fin de son cursus d’ingénieur, il a travaillé pendant 6 mois au Luxembourg. Ce qui a constitué sa « première expérience avec un employeur qui avait une mentalité de management anglophone » souligne-t-il.

Après un nouveau passage en France, il choisit finalement le Canada pour y poursuivre son parcours professionnel. Une décision motivée par « la volonté de sortir d’une routine déjà bien présente et de découvrir une autre culture ».

Réussir son immersion dans un nouveau pays

Pour Patrick Lageron, il est essentiel « de ne partir avec aucune idée préconçue » et d’avoir, au contraire, « une grande volonté d’apprendre et de comprendre les codes et les mœurs de la ville ou du pays choisi ». Chaque pays possède, en effet, « ses propres règles, non-dits, styles de management, de communication » et, au sein d’un même pays, « les différences peuvent même être grandes entre des provinces ou des villes ».

Un autre point clé, qui permet « d’accélérer grandement l’étape d’intégration », est d’arriver non seulement avec un minimum de connaissances dans la langue du pays mais aussi avec du vocabulaire fréquemment utilisé dans l’industrie cible.

Enfin, pour éviter les mauvaises surprises, il recommande aux étudiants qui souhaitent partir travailler à l’étranger, de faire un premier voyage exploratoire, surtout s’ils envisagent de s’installer durablement dans le pays.

Le 05/05/2015