Vers un retour de l'Etat stratège

Le président d’honneur de Saint-Gobain, Jean-Louis Beffa, était l’invité du Club Entreprises La Tribune/CCI Paris Ile-de-France le 7 juin dernier. Pour l’ancien capitaine d’industrie, co-auteur du récent rapport franco-allemand sur la croissance et la compétitivité en Europe, l’Etat a un rôle stratégique à jouer dans une économie mondialisée.

Acteur et observateur avisé d’une économie en pleine mutation, Jean-Louis Beffa déplore les effets pervers du modèle « libéral-financier » qui, depuis ces vingt dernières années, a entraîné un pouvoir croissant du monde de la finance sur le monde de l’entreprise.

L’avantage compétitif d’une économie nationale ne se construit pas nécessairement à partir de ce sacro-saint modèle, selon l’ancien patron de Saint-Gobain. « A l’occasion de mes multiples déplacements en Asie, j’ai en effet constaté une montée en puissance de pays comme le Japon, la Corée ou la Chine dans les domaines économiques et technologiques, sans que les principes du libéralisme financier ne soient en aucune façon impliqués. »

Autre constat : avec la mondialisation, certains ouvriers, cadres ou chercheurs qui travaillent aussi bien dans les pays émergents que dans le monde occidental, bénéficient des mêmes compétences mais avec des salaires nettement inférieurs. « Lorsque vous dépensez 1 €, vous avez 4 fois plus de R&D en Chine que dans un pays comme la France ou les Etats-Unis. Dès lors, une distinction s’opère entre les entreprises qui interviennent dans des métiers régionaux et celles qui interviennent sur des métiers mondiaux. Les premières sont relativement abritées puisque les concurrents ont les mêmes facteurs de coût salarial. Dans les métiers mondiaux au contraire, les entreprises en concurrence ont des coûts d’énergie et de main-d’œuvre très différents ».

La distinction entre métiers « protégés » et métiers exposés, au cœur de la bataille mondiale, n’est pas suffisamment prise en compte par Bruxelles et dans les politiques des Etats européens regrette Jean-Louis BEFFA : « On ne vit plus dans un système dans lequel les entreprises se battent avec les mêmes règles du jeu. Nous sommes dans une compétition économique et commerciale entre Etats ! ».

« La maîtrise énergétique et le développement d’une industrie exportatrice restent, de fait, des éléments fondamentaux de la stratégie de compétitivité d’un pays » souligne-t-il « Or, ce choix est à mon sens insuffisamment analysé et reconnu dans les choix stratégiques de notre pays ».

En matière d’énergie, nous devons privilégier, selon le co-auteur du rapport sur la croissance et la compétitivité en Europe, ce qui offre le meilleur rendement et le moindre coût : « Il faut maintenir le nucléaire et commencer à développer non pas le gaz, mais l’huile de schiste. Je suis en revanche beaucoup plus réticent sur le modèle allemand axé sur l’éolien et le solaire. Ce sont des énergies intermittentes qui coutent beaucoup plus cher à produire ».

L’Etat doit favoriser le développement de « champions nationaux »

En France, l'industrie est bien souvent « plus un sujet de rhétorique qu'un sujet d'action » regrette Jean-Louis BEFFA. Il appelle, de ses vœux, le retour d’un Etat stratège qui fixe les grandes orientations du pays dans les domaines de l’innovation et du développement industriel et favorise le développement de quelques «champions nationaux» seuls capables de faire jeu égal à l’export avec les grandes entreprises mondiales et d’entraîner dans leur sillage les PME et les ETI.

« Il faut encourager une nouvelle gouvernance dans les entreprises avec un actionnariat stable permettant de lancer des politiques industrielles sur le long terme. Les aides à l’innovation devraient également être complétées par des programmes contractuels de R&D axés sur l’export associant, comme chef de fil, de grandes entreprises. Il faut enfin améliorer les relations sociales dans l’entreprise en favorisant par exemple, comme en Allemagne, la représentation de syndicats dans les conseils d’administration des entreprises » conclut Jean-Louis Beffa.

Pour retrouver toutes les vidéos du Club Entreprises La Tribune/CCI Paris Ile-de-France

Le 01/06/2013