Le recyclage sera au cœur de l’industrie du 21e siècle

L'interview du mois : Jean-Luc Petithuguenin, PDG de PAPREC Groupe
Véritable alchimiste des temps modernes, Jean-Luc Petithuguenin transforme nos déchets en or. Le PDG et fondateur de Paprec Groupe en est convaincu : les activités de recyclage seront au cœur du développement industriel du futur.
  • En l’espace d’une vingtaine d’années,  la PME que vous avez créée est devenue un véritable groupe industriel.  Comment concevez-vous votre stratégie de croissance ?

J’ai repris en 1994 une entreprise de 40 personnes basée à La Courneuve. Ce groupe qui réalise cette année un chiffre d’affaires d’1,5 milliard d’euros et affiche un taux de croissance de 23 % compte à présent 8000 salariés et 200 sites industriels dans l’Hexagone.

L’entreprise s’est développé sur l’intuition que j’ai eue alors, que le recyclage serait le cœur de l’industrie du 21e siècle, avec l’essor des matières premières secondaires pour économiser les ressources naturelles.

Notre stratégie de croissance : mailler le territoire français et créer ainsi des emplois non délocalisables. Le moteur de l’entreprise vient de nos 40 000 clients, notre volonté est de donner envie sans relâche aux industriels et aux collectivités de travailler avec nous !

  • Acteur du développement durable, vous défendez aussi des valeurs humanistes et une certaine éthique sociale au sein de cette entreprise. Paprec, c’est aussi un esprit de famille ?

Les valeurs humanistes sont le socle de mon entreprise. Nous faisons en sorte en interne de promouvoir l’égalité des chances. Nos recrutements sont variés en termes d’âge, de diplôme, d’origine. Je suis fier d’avoir dans mon entreprise des représentants de 53 nationalités ! Nous misons évidemment sur la promotion des femmes et nombre d’entre elles dirigent des usines par exemple (c’est le cas à La Courneuve et au Blanc-Mesnil).

En 2014, nous avons ainsi adopté à l’unanimité une charte sur la diversité et la laïcité, nous sommes pionniers sur ce sujet en France.
Nous sommes par ailleurs une entreprise familiale. Mes trois fils m’ont rejoint au sein du groupe et ce sont eux qui reprendront le flambeau pour la suite !

  • Les entreprises perçoivent souvent le recyclage davantage comme une contrainte réglementaire que comme une opportunité économique. Comment faire évoluer les esprits ?

Les esprits ont d‘ores et déjà évolué davantage que ce que l’on imagine ; j’ai vu ces dernières décennies une grande progression des idées environnementales. Les dirigeants d’entreprise, pas plus que les autres, n’ont envie d’un monde où règne la pollution. Ils voient bien l’avantage économique à limiter les quantités de déchets produites.

Par contre, il est vrai que le  facteur économique ne peut être ignoré. Quand le plastique issu du pétrole coûte moins cher que le plastique recyclé, quelle incitation les entreprises ont-elles à utiliser de la matière première secondaire qui, pourtant, produit moins de CO2, consomme moins d’énergie et préserve la ressource ?

  • Contribuer, à travers votre activité, au développement économique d’une région ou d’un territoire comme la Seine-Saint-Denis, c’est aussi important pour vous ?

Evidemment ! Nous sommes toujours très volontaristes dans le recrutement de main d’œuvre locale. Nous faisons également régulièrement appel à la Bourse de l’alternance proposée par la CCI Paris Île-de-France.

Paprec est  par ailleurs impliqué dans le dynamisme économique du territoire aux côtés de la Chambre de commerce. Nous participons par exemple au programme d’aide aux entrepreneurs locaux Plato Eco'Durable. J’ai en outre mandaté mon directeur institutionnel, Philippe Fanartzis, pour se présenter aux élections de la CCI. Il est actuellement premier Vice-Président de la CCI Seine-Saint-Denis.

 

PAPREC Groupe en bref

  • Plus de 10 millions de tonnes de déchets à recycler en 2017
  • Plus de 8,5 millions de tonnes de nouvelles matières premières
  • 8000  salariés
  • 210 sites

En savoir plus : www.paprec.com/fr

 

Le 06/11/2017