Ces boxers qui ne nous mettront plus K.O

Primée lors de la 2e édition du concours « Com’une start-up » pour sa campagne de visibilité et de notoriété, SPARTAN produit et commercialise un boxer high-tech élégant qui protège la fertilité et la santé de son porteur des ondes des téléphones portables et WiFi. Formé à HEC Paris, une école de la CCI Paris Île-de-France, Arthur Menard, co-fondateur et CEO de l’entreprise, revient sur cette belle histoire cousue de fil d’argent et sur les ambitions de l’entreprise.

En route vers le slip du futur

SPARTAN est née sur un coin de table et plus précisément lors d’un diner entre amis, raconte Arthur Menard : « Au début du repas, nous avons tous eu le même réflexe de sortir notre téléphone et de le déposer sur la table. Puis la discussion a dérivé sur les risques pour la santé et la fertilité de garder son téléphone dans sa poche ou de travailler avec un ordinateur portable sur les genoux. Si l’on arrivait à bloquer les ondes à l’intérieur d’un micro-ondes, ne pourrait-on pas imaginer un tel bouclier dans un vêtement ? »

Pierre-Louis Boyer, ingénieur Agro ParisTech et Arthur Menard, qui se sont connus en classe prépa, cogitent sur le concept et, de fil en aiguille, l’idée du slip du futur fait son chemin…

 © 2016 - Anne-Sophie Soudoplatof

La fashiontech à la rescousse de toutes les bourses

Pierre-Louis Boyer met alors au point un textile composé d’un maillage d’argent qui agit comme une cage de faraday (ou bouclier électromagnétique) et empêche les ondes d’atteindre « les parties vitales » masculines. « Notre technologie WaveTech a, depuis, été testée et certifiée par le laboratoire MET, USA, afin de garantir que nos boxers bloquent plus de 99 % des ondes de téléphones portables et wifi », précise Arthur Menard.

Quand les fonds participatifs supportent la culotte

« Au départ, nous ne pensions pas nécessairement vendre ce produit puis,  en en parlant autour de nous, nous nous sommes aperçus qu’il y avait un vrai intérêt et un marché potentiel. Nous avons lancé, en 2015, une première campagne de financement participatif sur Indiego pour tester notre projet et voir si l’on arrivait à financer une première production, l’objectif étant d’atteindre au moins 8 000 dollars. Au final, sans aucun budget marketing et en fonctionnant uniquement par le bouche à oreille et le relai presse, nous avons récolté plus de 20 000 dollars à l’issue de cette campagne ! »

 © 2016 - Anne-Sophie Soudoplatof

Et soudain tout change …

...avec son lot de difficultés à gérer : des premières commandes qu’il faut traiter, une usine et un logisticien qui peinent à suivre la cadence, des appels clients qui affluent, une vraie stratégie marketing à lancer ! Après plusieurs mois dans la tourmente, les deux fondateurs recrutent Thomas Calimachia pour prendre les commandes de la direction marketing du projet et pouvoir ainsi se concentrer davantage sur les problèmes de production et de logistique.

« Nous avons aussi rejoint, en mai 2016, l’incubateur HEC. Cela nous a énormément aidés en termes de conseil, de réseau et de mentorat. Nos premiers investisseurs proviennent d’ailleurs en grande partie du réseau de l’école », explique Arthur Menard.

Les slipmen ne se cachent plus

«  Nous avons véritablement ouvert les ventes sur internet à la fin de l’année 2016 pour les fêtes de Noël. La fertilité, les risques de cancer des testicules sont des sujets délicats, mais nous ne souhaitions pas jouer sur le marketing de la peur. Nous avons voulu prendre le contre-pied en choisissant une communication très fun pour dédramatiser le sujet avec humour tout en construisant une vraie image de sérieux autour de la marque ».

A Vivatech comme au CES de Las Vegas, les créateurs de SPARTAN font d’ailleurs une entrée très remarquée en débarquant en slip dans les allées de ces deux salons. « Bonbons, précieuses, noisettes, diamonds, nuggets… », avec un vocabulaire plutôt fleuri, la start-up parisienne s’offre aussi, cerise sur le gâteau, une belle campagne de pub sur les réseaux sociaux jusqu’aux quais de métro.

Passer à la taille au dessus

Le succès commercial est au rendez-vous mais pour tenir la cadence, diversifier son offre et nourrir ses ambitions internationales, SPARTAN a lancé en juillet 2017 une première levée de fonds de 500 000 euros auprès de Scientipôle et de plusieurs business angels.

« SPARTAN n’aurait pu voir le jour sans le soutien financier de ses premiers utilisateurs. C’est une vraie communauté qui est prête à promouvoir et faire évoluer nos produits. Nous avons envie de développer cette communauté et d’attirer de nouvelles personnes dans l’aventure. Une autre campagne de crowdfunding a d’ailleurs été lancée dans cet esprit ».

Installée depuis cet été au cœur de la Station F, SPARTAN devrait atteindre d’ici à la fin de l’année le cap du million d’articles vendus. L’entreprise, qui a rapatrié depuis sa production au Portugal, nourrit également de grandes ambitions aux USA où elle réalise déjà une partie de son CA. « Nous allons ouvrir, au début de l’année prochaine, une antenne commerciale à New-York. C’est un marché porteur clé pour notre futur et aussi un vrai challenge. Mais nous sommes jeunes, c’est le moment où l’on a envie de prendre le maximum de risques. »

En savoir plus sur :

 

A propos de ...

  • L’incubateur HEC

L’Incubateur HEC, dispositif du Centre d’Entrepreneuriat HEC, permet aux étudiants et diplômés HEC désireux de créer une entreprise d’être accompagnés tout au long de leur projet (tutorat personnalisé, aide à la communication, ateliers pratiques, mentoring juridique gratuit...). Depuis sa création en 2007, l’Incubateur HEC, parrainé par Pierre Kosciusko-Morizet (H 1999), a déjà accompagné plus de 250 entreprises (Contrat live, i-Demenager, Kujjuk, Leetchi, Ysé...). L’Incubateur HEC est à présent hébergé dans des locaux de 700 m2 au sein de Station F. L’Incubateur s’est donné pour objectif d’accompagner 60 projets entrepreneuriaux par an, sélectionnés pour leur fort impact économique, social, environnemental, technologique, et portés par des entrepreneurs investis à 100 % dans leur activité.

  • La CCI Paris et la Station F

La CCI Paris s’est engagée dans un partenariat innovant en rejoignant, en septembre 2017, l’espace French Tech Central de Station F, le plus grand campus de start-up au monde.
Conseils en financement, recrutement, digitalisation, développement international ou encore mentorat pour les entreprises à fort potentiel… la CCI Paris accompagne déjà près de 500 start-up par an et met aujourd’hui à disposition des 1 000 startuppers présents à Station F toute son offre de services sur mesure avec pour ambition d’accélérer leur croissance et de faire rayonner cet écosystème numérique parisien dans le monde.


En savoir plus

 

Le 28/11/2017