Commerce en Val-de-Marne : une relative stabilité mais des évolutions contrastées selon les secteurs

La CCI Paris Île-de-France vient d’achever le 5ème recensement triennal des équipements commerciaux. Véritable « photographie à l’instant T » de l’implantation commerciale sur le territoire, les résultats de cette dernière enquête laisse apparaître, dans le Val-de-Marne, des évolutions contrastées.

« Cette base de donnée remise à jour tous les trois ans depuis 15 ans répertorie l’ensemble des cellules commerciales du département y compris les cabinets des professions libérales, les activités de stockage ou les bureaux. Une nouvelle nomenclature a été mise en place cette année pour intégrer dans ce recensement des typologies d’activités qui n’existaient pas lors de la première étude. Au total, près de 17 000 cellules commerciales ont été traitées  » indique Corinne Flament, responsable du service Etudes à la CCI Val-de-Marne

Véritable cartographie du commerce val-de-marnais, cette base de donnée géolocalisée permet d’analyser, rue par rue les types d’activités implantées dans une ville (commerce alimentaire, non alimentaire, agences, appartenance à une chaîne de magasins…), leur situation (en activité/commerce vacant) et de mesurer, dans le temps, l’évolution de ces implantations.

Des situations contrastées

Les résultats du dernier recensement laissent apparaître une relative stabilité du tissu commercial dans sa globalité  (- 0,4 %) et confirment, dans l’ensemble, les évolutions constatées depuis 2002 dans certains secteurs.

Entre 2011 et 2014, la plus forte évolution concerne le secteur des agences (immobilières, bancaires, télécom) qui progresse de 4,4 % pour atteindre aujourd’hui 12 % des cellules commerciales. La progression des secteurs de l’équipement à la personne et des cafés-hôtels-restaurants, enregistrée depuis 2002, se confirme. Ces deux secteurs représentent respectivement 22 % et 17 % des cellules commerciales du Val-de-Marne.

Sur la même période, on assiste au maintien relatif du commerce alimentaire avec 1 900 cellules, soit 11 % de l’ensemble des cellules. Ce secteur progresse légèrement (+ 2 %), après la baisse enregistrée entre 2002 et 2011 (- 5,4 %). A noter : une croissance forte de l’alimentation générale thématisée (commerce bio, ethnique, exotique : + 32,8 % entre 2002 et 2014) et un regain des épiceries fines entre 2011 et 2013 (+ 16,9 %).

La grande distribution poursuit quant à elle sa croissance régulière avec une progression de 8 points sur 3 ans.

« Il y a une vraie dynamique dans ce secteur. On voit apparaitre de nouvelles formes d’implantation commerciale, des centres hyper thématisés, adossés à une grande enseigne comme à Thiais Village où des commerces liés à l’équipement de la maison et aux loisirs se développent autour d’IKEA ou des centres commerciaux gravitant autour d’un supermarché comme La Vache noire à Arcueil » précise Corine Flament.

A l’inverse, les commerces des secteurs loisirs, culture et équipement de la maison poursuivent leur décroissance avec – 3 % sur trois ans. On note toutefois un ralentissement des fermetures puisque le secteur avait déjà perdu 25 % entre 2002 et 2008.

« Nous avons à notre disposition un outil totalement opérationnel. La CCI Val-de-Marne s’appuie ainsi sur cette base de données pour réaliser, à la demande des collectivités territoriales, des diagnostics sur le commerce ou des études de redynamisation commerciale dans certains quartiers d’une ville » souligne Corinne Flament.

Le commerce val-de-marnais en chiffres

  • 16 828 locaux commerciaux recensés (88 % de commerce en activités et 12 % de locaux vacants)
  • 1/3 des locaux change d’activité
  • 12 753  commerces actifs de moins de 400 m2
  • 673 grandes surfaces commerciales
  • 9 centres commerciaux
  • 96 marchés forains
  • 149 hôtels
  • 36 cinémas
Le 08/12/2014