Le digital est devenu incontournable pour nos activités

Témoignage : Flamme artisane (Houdan)
Bijoux, céramiques, sacs à main, étoffes, luminaires, bougies… Flamme Artisane, implantée depuis 3 ans à Houdan, a tout d’une petite caverne d’Ali baba. Résolument tournée vers la promotion de l’artisanat local, cette jeune boutique a bénéficié d’un accompagnement de la CCI Versailles –Yvelines pour booster sa présence sur le net et les réseaux sociaux.

 «Notre boutique expose des produits artisanaux qui proviennent, pour la plupart, de créateurs de la région.  Dès le départ, nous avons intégré le digital comme une composante nécessaire au développement de notre point de vente à travers, notamment, l’ouverture d’une page Facebook dédiée à la boutique», explique Nathalie Wrobel, cofondatrice et associée de Flamme Artisane. «Le manque de pratique et de temps nous ont mis un peu en difficultés sur ce plan. Nous avions besoin d’information, de conseils mais surtout de formation pour pouvoir mieux maîtriser les outils digitaux. Le problème de nos métiers, c’est que nous devons être un peu partout, dans notre atelier, en boutique mais aussi derrière notre ordinateur pour entretenir notre présence sur le net et les réseaux sociaux. Tout cela prend un temps fou, surtout quand on ne maîtrise pas trop les outils numériques !».


Après avoir suivi un Atelier Google, Nathalie Wrobel et son associée Nathalie Couellan ont participé cette année aux deux rencontres Connect Street organisées par la CCI, à Houdan et à Versailles. A cette occasion, une conseillère de la Chambre de commerce a pris contact avec cette entreprise pour évaluer ses différents besoins et ses principales attentes. Cette démarche a débouché sur la mise en place d’un diagnostic numérique puis sur un accompagnement individuel de l’entreprise sous forme de coaching.


« Nous sommes très satisfaites de cet accompagnement. Nous avons été suivies pendant 6 mois par la conseillère de la CCI. Elle a dressé un état des lieux  de notre situation digitale et identifié les principaux points que nous pouvions améliorer pour être plus efficaces. Nous avons fait évoluer notre page Facebook, nous nous sommes inscrites également sur Google My business et nous serons présentes prochainement sur le site des Pages Jaunes. Pour ma propre activité *(Atelier de Lavro), j’ai ouvert il y 3 mois une page sur Instagram. L’impact a  été immédiat !» 


Gérer « sa com » sur les réseaux est devenu une activité prenante, qu’il ne faut surtout pas négliger cependant,  reconnait Nathalie Wrobel : « Avant, le bouche à oreille suffisait pour faire parler de soi. Aujourd’hui, les avis des internautes ont une grande influence sur les consommateurs. Une entreprise qui n’est pas présente sur internet est moins crédible et aura beaucoup plus de mal à développer sa visibilité».

 

En savoir plus  :

Le 06/11/2018