Accessibilité des commerces aux personnes en situation de handicap : Une mise aux normes urgente estimée à 5 milliards d’euros

Avec près de 10 % de la population française en situation de handicap, la question de l’accessibilité des commerces est une priorité. La loi du 11 février 2005 oblige ainsi à une très large mise aux normes d’ici le 1er janvier 2015 : tous les handicaps et établissements recevant du public (ERP) sont concernés.

Cette mise en accessibilité aura un coût pour les commerçants. Selon l’estimation de la CCI Paris Île-de-France, sur une marge commerciale annuelle de 77 milliards d’euros (hors grande distribution), pour 180 000 commerces et un coût moyen de 33 000€, la mise aux normes pourrait représenter 5 milliards d’euros, soit 8 % de leur marge totale.

« Pour autant, c’est aussi la perspective de capter une nouvelle clientèle » tempère Pierre-Antoine Gailly, Président de la CCI Paris Ile-de-France.  « Il faut agir sans attendre. Le report d’une telle mesure n’est pas envisageable, cela nuirait fortement à l’image du commerce. Nous incitons nos entreprises à s’engager au plus vite dans ce travail » conclut-il.

S’appuyant sur des témoignages et expériences de terrain, la CCI Paris Ile-de-France formule ainsi plusieurs propositions afin d’inciter les commerçants à adapter leurs locaux.

Il faut dès à présent les informer sur l’urgence de la mise aux normes, par le biais de réunions, états généraux départementaux sous l’égide des préfets, ou grâce à la diffusion de guides et plaquettes de bonnes pratiques. Pour permettre un accompagnement optimal, les CCI franciliennes doivent être associées à l’application des agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP) et la présence des référents généralisée dans les CCI et/ou collectivités.

L’aide juridique et financière des commerçants est aussi un axe clé. La CCI Paris Île-de-France appelle ainsi à une simplification des dossiers de demande de dérogation. Concernant l’aide au financement des travaux, la répartition du coût des travaux d’accessibilité entre propriétaire et locataire doit être clarifiée, et la prise en charge des dépenses d’accessibilité par le FISAC renforcée.

Consultez l’intégralité du rapport sur :

http://www.etudes.cci-paris-idf.fr/rapport/379-accessibilite-des-commerces

Le 12/02/2014
Contact