Des soldes d’été victimes d’un contexte défavorable et d’un modèle à bout de souffle

Une insatisfaction générale des commerçants ressort de l’enquête « soldes d’été 2016 » réalisée par l'Observatoire économique régional (CROCIS) de la CCI Paris Ile-de-France.

Moins de touristes à Paris, un contexte lourd de post-attentats, une météo médiocre, un Euro de football qui n’a pas permis une inversion de la situation et une tendance qui s’affirme, celle d’un mode de commercialisation qui est dépassé par les nouvelles pratiques de consommation. Au final, les clients sont moins nombreux, les ventes sont en baisse.

 

Déception pour les commerçants

63% des commerçants se déclarent insatisfaits du chiffre d’affaires réalisé pendant les soldes de cet été 2016. Dans le détail, 17% des commerçants n’ont observé aucun surplus de chiffre d’affaires par rapport à un mois normal et au total 66% des commerçants ont réalisé un surplus de chiffre d’affaires inférieur ou égal à 20%. La conjugaison de plusieurs facteurs, notamment la baisse du pouvoir d’achat (panier moyen en berne) et les conséquences des attentats pèsent sur le moral des consommateurs.

La fréquentation touristique en repli

La clientèle étrangère, que les commerçants espéraient voir arriver avec l’Euro de football, semble avoir déserté la région parisienne, puisque selon 89% d’entre eux, la fréquentation touristique est en baisse. Les répercussions de l’Euro 2016 sur l’activité des commerçants auront même été faibles ou nulles selon 89% d’entre eux. « D’habitude nous faisons presque un quart de notre chiffre d’affaires avec les touristes, et cette année nous avons vraiment ressenti leur absence », déplore le gérant d’une boutique de Saint-Germain des Prés. Là encore, c’est le contexte des attentats qui semble avoir dissuadé les visiteurs étrangers de faire du shopping dans la capitale, à l’exception de certaines zones très touristiques qui ont réussi à tirer tout de même leur épingle du jeu (avenue des Champs-Elysées, rue de Rivoli…).

Les ventes privées, fossoyeuses des soldes ?

Cette saison, 50% des commerçants parisiens ont proposé des ventes privées, contre 61% l’été dernier. Ces opérations « cannibalisent » les soldes car elles sont souvent proposées juste avant la date de démarrage des soldes : un quart des commerçants ont pratiqué ces ventes privées dans la première quinzaine de juin. «  Quand arrivent les soldes, les clientes ont déjà dépensé leur budget habillement, il faut bien reconnaître qu’on récolte ce qu’on sème, on a tué les soldes avec toutes ces promotions, on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes » indique une commerçante.

Les sites internet, boutiques numéro 1 ?

« Aujourd’hui, pour ma marque, le premier magasin en chiffre d’affaires c’est le site internet », indique cette gérante du magasin d’une grande enseigne nationale de chaussures. Ce constat s’en trouve renforcé par le contexte anxiogène et la météo peu favorable observée lors du commencement des soldes d’été. Toutefois 34% des commerçants considèrent que les ventes par internet et leur activité pendant les soldes en boutique peuvent aussi être complémentaires.

Des commerçants pessimistes

Les commerçants parisiens sont 51% à se déclarer pessimistes pour la saison prochaine mais estiment aussi pouvoir agir de leur côté, en revoyant les collections, en créant des produits différenciants et en prenant des risques : « il faut proposer quelque chose de nouveau, quelque chose qui pétille, les gens ont besoin de nouveauté, d’articles qu’on ne voit pas partout. La balle est dans notre camp » conclut cette commerçante de la rue de Rennes.

La CCI Paris Ile-de-France, qui a participé aux initiatives prises en faveur d’un retour de la confiance et de la consommation, continuera à agir en faveur de ses ressortissants pour les soutenir dans cette période difficile. Elle va étudier parallèlement les mesures nouvelles qui pourraient être proposées aux pouvoirs publics et aux commerçants pour faire évoluer les pratiques et améliorer la consommation.

Cette enquête a été réalisée auprès de 300 commerçants parisiens du 12 au 19 juillet 2016, complétée par une centaine d’entretiens en face-à-face rue de Rennes.

Enquête détaillée téléchargeable ici 

 

Le 27/07/2016
Contact
à télécharger