Enquête CCI Paris Île-de-France : l’export, accélérateur de performance des entreprises franciliennes

La CCI Paris Île-de-France publie les résultats d’une enquête menée auprès de 800 entreprises franciliennes exportatrices dans six grands secteurs : agro-alimentaire, biotech, mécanique, services aux entreprises, TIC et autres secteurs. L’ambition de cette étude, qui sera désormais réalisée chaque année, est d’obtenir une cartographie précise de ces entreprises et de comprendre les ressorts de leur stratégie à l’export.
L’objectif est également, pour la CCI Paris Île-de-France, de mieux identifier les besoins et attentes des chefs d’entreprise afin d’adapter plus finement les produits et services qu’elle met à leur disposition pour mieux contribuer à leur performance sur les marchés internationaux. D’emblée, l’étude souligne le volontarisme et l’autonomie des entreprises franciliennes lorsqu’il s’agit d’exporter leurs activités. Néanmoins des faiblesses demeurent, principalement en termes d’adaptation des produits et des sites internet et de services associés.
 

Une démarche volontariste, mais encore insuffisamment structurée

 
Plus des 2/3 des entreprises franciliennes qui exportent le font régulièrement. L’Europe reste la première zone d’exportation pour 61 % des entreprises interrogées, l’Afrique et l’Amérique du Nord viennent ensuite pratiquement à égalité, avant l’Asie/Pacifique et l’Europe centrale. La Belgique et l’Allemagne sont en tête des destinations, tous secteurs confondus. Sur ces marchés, la grande majorité (83 %) des entreprises franciliennes vendent sans l’intervention d’intermédiaires. Près de 70 % ont au moins un salarié dédié à l’export à temps plein et 6 % seulement ont recours à des expatriés. La formation des équipes est une véritable préoccupation, 30 % des entreprises reconnaissant avoir des collaborateurs insuffisamment armés pour l’international.
 
Exporter, une démarche stratégique active. Pour deux tiers des entreprises, l’export s’inscrit dans le cadre d’une démarche globale, indispensable à leur activité. Quant aux entreprises exportatrices occasionnelles, elles répondent le plus souvent à des demandes spontanées et à des opportunités, qu’elles associent davantage à une prise de risque. Proactives, 76 % des entreprises d’Ile-de-France mènent des actions de prospection et privilégient pour ce faire l’approche directe et les salons professionnels. Les entreprises agissent généralement par leurs propres moyens, le recours aux spécialistes étant réservé aux marchés lointains.
 
L’adaptation des produits et les services complémentaires sont des clés de la croissance à l’export. Internet est l’outil indispensable à l’exportation : 85 % des entreprises exportatrices ont un site, mais pour 37 % il n’existe qu’en version française. Autre enseignement de l’enquête, l’adaptation des produits et l’innovation commerciale sont encore loin d’être une règle pour doper l’exportation. En effet, près de 3/4  des entreprises franciliennes vendent à l’étranger les mêmes produits qu’en France. C’est pourtant, avec la création de services associés, une condition indispensable pour développer l’exportation. Enfin, pour près de la moitié des chefs d’entreprises, l’effort sur les prix demeure le principal accélérateur d’une activité à l’export.
 
Et demain ? 30 % des exportateurs envisagent de partir à la conquête de nouveaux pays. La Chine, la Russie, les États-Unis, le Brésil et l’Algérie sont les destinations qu’ils privilégient. Par ailleurs, 75 % des entreprises franciliennes exportatrices ont besoin d’informations, réglementaires pour près de la moitié d’entre elles. C’est un domaine dans lequel la CCI Paris Ile-de-France vient d’ailleurs de renforcer ses services.
 
Le 09/07/2014
Contact