Enquête de conjoncture 2014 CCI Paris Ile-de-France - Médiamétrie

Ni reprise ni confiance : aucun changement depuis 2012. L’urgence est au courage, au risque de déplaire.

Aucune perspective de croissance n’est à l’ordre du jour en cette rentrée. 44 % des entreprises franciliennes, PME et grandes entreprises confondues, annoncent un chiffre d’affaires en baisse. La situation financière des PME se dégrade, particulièrement celle des petites structures, et les investissements, comme les recrutements, ne devraient pas repartir à la hausse. « L’Ile-de-France ne se distingue plus du reste du pays. » regrette Pierre-Antoine Gailly, président de la CCI Paris Ile-de-France. « La région capitale ne joue plus aujourd’hui son rôle de locomotive, ses moteurs sont en panne. » L’urgence de la situation, l’ampleur des déficits publics et du chômage appellent à une accélération et à une simplification des mesures annoncées par le gouvernement pour redresser au plus vite la compétitivité des entreprises.

Les résultats de l’enquête de conjoncture de la CCI Paris Ile-de-France, réalisée par Médiamétrie du 8 au 26 septembre auprès de plus de 6 000 entreprises de toute la France, témoignent d’un climat économique inquiétant. 2/3 des entreprises interrogées (64 % en Ile-de-France) pensent que la situation économique de la France va continuer à se détériorer.

Les mesures de soutien mises en place par les pouvoirs publics ne vont pas assez vite. Souvent considéré comme trop complexe, le CICE ne profite pas assez aux entreprises. Elles n‘en bénéficieraient ainsi qu’à hauteur de 4 milliards d’euros en 2014, contre 9 milliards prévus. Quant au pacte de responsabilité et de solidarité (PRS), sa mise en oeuvre tarde trop pour en attendre des effets tangibles à court terme : 6 à 7 milliards d’euros programmés en 2015 sur un total prévu de 27 à 29 milliards d’ici à 2020.

En cette période de creux conjoncturel et de panne de l’investissement, la CCI Paris Ile-de-France juge par ailleurs indispensable de mettre l’accent sur les dépenses d’avenir ayant un fort impact sur l’activité. Il faut ainsi accélérer la mise en oeuvre du Grand Paris en l’avançant de 2030 à 2025, et revoir son mode de gouvernance à un moment où la région capitale connaît une situation de crise en matière de logement. En effet, 46 000 logements seulement ont été mis en chantier en Ile-de-France lors des 12 derniers mois, contre 70 000 visés. Le coût du foncier, qui ne baisse pas, pèse fortement sur l’attractivité francilienne, et pénalise particulièrement les classes moyennes.

Enfin, les témoignages des chefs d’entreprise révèlent une situation de l’emploi marquée par des dysfonctionnements majeurs : 60 % des PME rencontrent des difficultés à embaucher, principalement en raison de l’inadéquation de la formation des candidats aux besoins des entreprises et particulièrement en Ile-de-France. A cet égard, les récentes mesures concernant l’apprentissage, globalement défavorables en dépit des apparences, risquent d’aggraver cette situation.

« La crise de confiance des chefs d’entreprise se nourrit du décalage persistant entre les objectifs des pouvoirs publics et les réalisations. Cependant, dans ce climat d’incertitudes, on voit des éléments positifs essaimer sur notre territoire. La création d’entreprise se développe autour du numérique, starts up et incubateurs attirent des talents, la digitalisation se répand dans l’entreprise. Autant de signes d’agilité et de capacité d’adaptation des entreprises franciliennes qui sont encourageants pour l’avenir. » conclut Pierre-Antoine Gailly.

Consulter l'enquête de conjoncture CCI Paris Île-de-France - Médiamétrie

 

Relations presse

Isabelle de Battisti - T. + 33 (0) 1 55 65 70 65 - idebattisti@cci-paris-idf.fr

Le 08/10/2014