Enquête soldes d'été 2013 : un effet de rattrapage relatif après une saison calamiteuse

La Chambre de commerce et d'industrie de Paris Ile-de-France publie son enquête « soldes d'été 2013 » menée par le Centre régional d'observation du commerce, de l'industrie et des services (CROCIS) auprès de 300 commerçants parisiens du 16 au 19 juillet 2013, complétée par une centaine d'entretiens en face-à-face rue de Rennes
  •     Un résultat modeste mais satisfaisant

67 % des commerçants interrogés jugent satisfaisant le résultat enregistré pendant les soldes d'été, en hausse de 15 points par rapport à l'an dernier. Durant cette période, deux commerçants sur trois (66 %) ont noté une hausse de leur chiffre d'affaires au mieux égale à + 20 % par rapport à un mois normal. Pour 38 % d'entre eux, la hausse observée ne dépasse pas 10 %. Les soldes ont été portés par le retour du beau temps. Les clients ont fréquenté les commerces avec un fort attentisme après une saison désastreuse, marquée par une météo hivernale.

  •     Une saison printemps-été catastrophique

58 % des commerçants trouvent la saison peu ou pas satisfaisante. Ces derniers évoquent la conjonction de deux facteurs : un printemps glacial (54 %) et la crise du pouvoir d'achat (37 %). Les conditions climatiques de ce printemps ont dissuadé les clients de se rendre dans les boutiques. Mais ce sont aussi les restrictions budgétaires qui se sont imposées aux consommateurs et leurs achats s'en sont trouvés réduits au strict nécessaire.

  •     La crise économique pèse de plus en plus sur les comportements

Sur l'ensemble des commerçants, 70 % estiment que l'impact de la crise économique a eu sur leur activité des répercussions importantes, soit le même niveau qu'un an auparavant. En effet, depuis plusieurs années, les ménages doivent faire des arbitrages budgétaires et éliminent les dépenses jugées non prioritaires. « Les clients achètent moins mais utile. Il n'y a plus d'achat coup de coeur. Avec la crise, ils recherchent les petits prix », constatent les commerçants interrogés.

  •     Un panier moyen toujours contraint, des marges sous pression

Pour satisfaire les consommateurs et écouler leurs stocks, les trois quarts des commerçants (74 %) ont débuté les soldes avec des remises au minimum égales à 40 %. Avec une conséquence : pour 40 % des commerçants, le panier moyen est en baisse par rapport à l'été dernier. La recherche constante des prix les plus bas et les démarques consenties rognent les marges : « Nous avons bien vendu, mais comme nous avons fait de fortes démarques, le chiffre d'affaires stagne » déplore un commerçant.

  •     Des ventes privées qui s'installent dans le paysage

45 % des commerçants ont fait le choix cette année de proposer des promotions à leur clientèle fidèle avant le début des soldes. Pour 65 % d'entre eux, le résultat a été satisfaisant, permettant un premier déstockage avant les soldes.

  •     Les commerçants gardent le moral

Malgré le contexte morose, 72 % des commerçants se déclarent optimistes pour la saison automne-hiver, soit 4 points de plus que l'été dernier.

Enquête Soldes d'été 2013 téléchargeable sur :
www.crocis.cci-paris-idf.fr

Le 25/07/2013
Contact