Bureaux : l’Ile-de-France en mesure d’accueillir un départ massif d’activités de Londres

Alors que la complexité et les incertitudes liées au Brexit se révèlent progressivement, les éléments se combinent pour un transfert massif d’emplois du secteur financier vers Paris. Dans une récente note d’analyse, la CCI Paris Ile-de-France démontre que la région-capitale est en capacité de l’accueillir.

La place de Paris est le territoire d’Europe qui a la plus grande capacité d’accueil dans le cadre du Brexit : 650 000m² de bureaux permettent de recevoir 30 000 emplois dès aujourd’hui, et davantage d'ici 2019-2020, notamment grâce à la livraison de projets comme les tours Duo à Paris (86 000 m²) ou la tour Alto à la Défense (56 000 m²).

« Cette capacité d’absorption résulte de la puissance de l’économie francilienne » souligne Didier Kling, Président de la CCI Paris Ile-de-France. La région-capitale enregistre en moyenne, chaque année depuis 25 ans, la création de 25 000 nouveaux emplois et la construction de 500 000 à 1,5 millions de m² de bureaux neufs. À ce jour, le parc de bureaux franciliens s’élève à plus de 53 millions de m² de bureaux, dont 7% sont vides. La Chambre, dans son analyse, a uniquement pris en compte les surfaces disponibles dans les quartiers pour lesquels les acteurs financiers étrangers manifestent un intérêt.

Au-delà des bureaux disponibles, l’Ile-de-France dispose d’atouts immobiliers complémentaires par rapport aux autres métropoles en lice pour accueillir des activités financières, telles que Francfort, Amsterdam, Dublin, Milan, Luxembourg. Les derniers chiffres de construction de logements confirment que, sur ce terrain aussi, la dynamique est francilienne : plus de 75 000 logements mis en construction entre mi-2016 et mi-2017. Et le mouvement s’accélère encore, à mesure que le Grand Paris des Transports prend forme.

La CCI Paris Ile-de-France est pleinement mobilisée pour que la région-capitale tire profit du Brexit. Le renforcement de la masse critique des activités financières présentes en Ile-de-France, et l’arrivée de nouvelles expertises, élargiront l’offre de services de haut niveau accessibles aux sièges sociaux  des autres secteurs d’activités, avec des retombées positives pour l’ensemble de l’économie nationale. À la suite de cette étude, la Chambre poursuit son action dans le cadre du guichet « Choose Paris région » , et rendra, d’ici à l’été 2018, les conclusions de ses travaux en cours sur l’impact du Brexit pour les principaux secteurs d’activités franciliens.

*Consulter l’intégralité de la prise de position

 

Le 08/12/2017
Contact
à télécharger