Secret des affaires : partie remise

Alors que la protection du secret des affaires a suscité ces derniers jours une vive inquiétude de la part des journalistes et des lanceurs d’alerte, le gouvernement, en dépit des amendements proposés en faveur de la liberté de la presse, vient d’annoncer le retrait du dispositif inséré dans le projet de loi Macron.

Pour la CCI Paris Ile-de-France, il est important que l’exercice de la liberté d’expression soit sauvegardé. Mais il faut parallèlement cesser de stigmatiser le secret des affaires qui n’est pas là pour dissimuler des fautes mais répond à des enjeux de compétitivité. Sa protection est indispensable au développement économique.

« Nous devons avoir tous conscience que nos entreprises sont trop vulnérables à ce jour » explique Pierre-Antoine Gailly, président de la CCI Paris Ile-de-France. « Rappelons, en effet, qu’une entreprise sur cinq a été victime d'au moins une tentative de violation de ses secrets d'affaires au cours des dix dernières années. Cette vulnérabilité est encore plus criante si l’on compare avec d’autres pays européens, ou, hors Europe, avec les Etats-Unis ou le Japon par exemple » ajoute-t-il.

« Aussi, et dès lors que nous serons tous en accord sur les garanties à apporter pour préserver la liberté de la presse, il faut aller vers un texte pour nous positionner à armes égales avec les autres pays. Ce n’est donc, je l’espère, que partie remise. » insiste Pierre-Antoine Gailly.

La position de la CCI Paris Ile-de-France auprès de l'Union européenne sur : http://www.cci-paris-idf.fr/etudes/competitivite/propriete-intellectuelle/protection-des-secrets-daffaires-dans-lunion-europeenne-etudes

Le 02/02/2015
Contact