Soldes d’hiver : la formule ne fait plus recette

Une insatisfaction générale des commerçants ressort de l’enquête bilan des soldes d’hiver 2017 réalisée par l'Observatoire économique régional (CROCIS) de la CCI Paris Ile-de-France. La crise économique, les dates des soldes, une concurrence permanente d’internet et de nouvelles promotions plus courtes et plus ciblées imposent aux acteurs concernés de mener une réflexion globale sur le système actuel pour inverser la tendance.

De très mauvais résultats pour les soldes après une saison automne/hiver médiocre

64% des commerçants interrogés se déclarent déçus du résultat des soldes de cet hiver 2017. En effet, 63% d’entre eux ont réalisé à cette occasion un simple surplus de 20% de chiffre d’affaires par rapport à un mois normal.  Et 31% n’ont fait aucun gain de chiffre d’affaires.
Elément aggravant, ces mauvais résultats des soldes font suite à une saison automne-hiver déjà bien morose. Même la période des fêtes de Noël a été décevante pour près de 60% des commerçants.

En cause : la crise qui perdure, des dates inadaptées…

84% des commerçants jugent que la crise économique a eu des répercussions importantes ou très importantes sur leur activité. Le panier moyen est d’ailleurs inférieur à l’hiver dernier pour 60% des commerçants.
Autre cause évoquée, les dates des soldes : 66% des commerçants incriminent la date des soldes de cet hiver 2017, qui ont débuté le 11 janvier conformément à la réglementation. 53% d’entre eux la jugent trop tardive et 71% pensent que les soldes auraient pu démarrer dès le 2 janvier.

… une concurrence permanente d’Internet

Pour 76% des commerçants, les ventes par internet viennent concurrencer leur activité pendant les soldes. Le e-commerce est désormais parfaitement intégré dans les habitudes des consommateurs, et ne cesse de progresser : selon la FEVAD, les dépenses des Français sur internet ont augmenté de près de 15% en 2016.
La facilité d’usage du e-commerce, sa proximité et son accès 24h/24 et 7j/7 jouent en sa faveur ainsi que  les services, avec des échanges et retours largement facilités. Mais les prix sont le facteur clé : « Nous sommes pénalisés car les gens trouvent les articles que nous avons en magasin sur des sites marchands à des prix inférieurs » se lamente un commerçant parisien.

…et des promotions et ventes privées jusqu’à l’overdose

Les commerçants sont toujours plus nombreux à procéder à des opérations promotionnelles (près de 60% ont ainsi proposé des promotions ou ventes privées) avant la période de soldes. « Sans promotions, on ne travaille pas » indique une commerçante en prêt-à-porter du 12ème arrondissement.
Pour nombre de commerçants, ces opérations promotionnelles, devenues quasiment permanentes, diminuent fortement l’intérêt des consommateurs pour les soldes (62% d’entre eux pensent que les soldes ne représentent plus un événement incontournable pour les clients, pourcentage en hausse de 11 points par rapport à l’hiver dernier).

Et pourtant, les commerçants restent très attachés à ce rendez-vous  traditionnel (81% sont fermement opposés à l’idée de supprimer les soldes).  « Les soldes sont toujours recherchés par les clients ayant un petit budget », indique une commerçante. « Les touristes étrangers connaissent les dates des soldes et viennent à cette période », ajoute une autre.

Un dispositif à revoir

La solution serait-elle dans des promotions plus courtes et plus ciblées ? Il faut en tout cas souligner la percée foudroyante de l’opération « Black Friday » (qui a eu lieu le 24 novembre 2016) : pratiquée par 3% des commerçants en 2014, puis par 10% d’entre eux en 2015, elle a été plébiscitée par 44% des commerçants en 2016. Et près de 60 % se disent satisfaits du résultat de cette opération.

84% des commerçants sont favorables à ce que le gouvernement et les fédérations de commerçants se penchent sur une révision du dispositif des soldes, afin de remettre à plat et de mieux cadrer l’ensemble des périodes de ventes à prix réduit. La CCI Paris-Ile-de-France mènera d’ailleurs en 2017 une réflexion globale avec l’ensemble des acteurs concernés sur les événements de consommation que sont les soldes et promotions. Elle recherchera toutes les initiatives et opportunités possibles afin de permettre une relance des activités, importantes pour une bonne dynamique économique en Ile-de-France.

L’enquête soldes a été réalisée auprès de 300 commerçants parisiens du 6 au 10 février 2017, complétée par une centaine d’entretiens en face-à-face rue de Rennes.

Le 16/02/2017
Contacts
à télécharger