Cet entretien professionnel doit avoir lieu tous les deux ans et donne lieu à la rédaction d'un document dont une copie est remise au salarié.

Il est proposé systématiquement au salarié qui reprend son activité à l'issue d'un congé de maternité, d'un congé parental d'éducation, d'un congé proche aidant, d'un congé d'adoption, d'un congé sabbatique, d'une période de mobilité volontaire sécurisée, d'une période d'activité à temps partiel, d'un arrêt longue maladie ou à l'issue d'un mandat syndical.

Tous les six ans, l'entretien professionnel fait l’objet d’un bilan relatif au parcours professionnel du salarié. Cet état des lieux nécessite la rédaction d'un document dont une copie est remise au salarié. Il permet d’apprécier si le salarié a bénéficié au cours des six dernières années des entretiens professionnels prévus et d'apprécier s'il a :
• suivi au moins une action de formation,
• ou acquis des éléments de certification par la formation ou par une Validation des Acquis de l’Expérience (VAE),
• ou bénéficié d'une progression salariale ou professionnelle.

A noter : dans les entreprises d'au moins cinquante salariés, lorsque, au cours de ces six années, le salarié n'a pas bénéficié des entretiens prévus et d'au moins une formation non obligatoire son compte personnel (CPF) est abondé de 3 000 euros et l’entreprise devra verser à la CDC une somme équivalente au titre de l’alimentation du compte du salarié.