Bilan des soldes d’hiver 2020 - Les commerçants parisiens pénalisés par les mouvements sociaux

La Chambre de commerce et d’industrie de région Paris Ile-de-France publie son enquête « soldes d’hiver 2020 » menée par le Centre Régional d’Observation du Commerce, de l’Industrie et des Services (CROCIS) auprès de 300 commerçants parisiens du 24 au 29 janvier 2020, complétée par une centaine d’entretiens en face-à-face rue de Rennes.

Des soldes très perturbés par les mouvements sociaux

Pour 56 % des commerçants interrogés, le chiffre d’affaires n’a augmenté, au mieux, que de 10 % pendant les soldes d’hiver 2020. Ils sont 65 % à juger que ce résultat des soldes n’est pas satisfaisant (pour 79 % des indépendants et 56 % des enseignes). Pour une grande majorité de ces commerçants (70 %), ce résultat est moins bon que celui des soldes de l’hiver dernier, qui avaient pourtant déjà été très ébranlées par les manifestations des « gilets jaunes » chaque samedi. Pour 80 % d’entre eux, le mauvais résultat de cet hiver s’explique par les manifestations et mouvements sociaux qui ont émaillé la période des soldes, notamment la grève des transports qui a fortement perturbé la capitale. « Le premier jour des soldes, c’était comme un mercredi ordinaire, il ne s’est rien passé de spécial », commente une commerçante. Seul point positif : 78 % des commerçants se déclarent satisfaits des dates des soldes de cet hiver, qui durent désormais 4 semaines seulement au lieu de 6.

Une saison automne-hiver très décevante

La saison automne-hiver avait déjà été très médiocre avant les soldes: 62 % des commerçants n’en étaient pas satisfaits. Là encore, mouvements sociaux et manifestations sont évoqués comme les raisons principales de ce piètre résultat. 92 % des commerçants considèrent que les mouvements sociaux qui ont débuté le 5 décembre ont eu des répercussions importantes sur leur activité de ce mois : 88 % d’entre eux ont vu leur fréquentation fléchir, et 75 % ont constaté une baisse de leur chiffre d’affaires. 25 % de ces commerçants ont même dû fermer leur magasin temporairement en raison des manifestations. 50 % des commerçants considèrent qu’ils ont perdu au moins 30 % de fréquentation par rapport à un mois normal, et 44 % estiment que leur chiffre d’affaires a baissé de plus de 30 %. Les indépendants sont particulièrement touchés : ils sont 61 % à avoir subi une baisse de la fréquentation supérieure à 30 %, contre 42 % pour les enseignes, et 57 % à avoir observé une baisse supérieure à 30 % de leur chiffre d’affaires (contre 34 % seulement pour les enseignes). Faisant suite à un hiver 2019 déjà très perturbé par les mouvements des « gilets jaunes », ces mauvais résultats fragilisent encore plus les commerçants indépendants.

Des mesures exceptionnelles, sans succès

Face à cette situation, 38 % des commerçants ont pris des mesures commerciales exceptionnelles : ils ont mis en place des promotions ou des ventes privées non prévues initialement ou les ont anticipées par rapport à leurs prévisions. Mais là encore, le résultat n’était pas au rendez-vous : le bilan des mesures d’urgence n’a pas été satisfaisant pour 71 % des commerçants qui les ont mises en œuvre.

Ventes privées et black Friday démodent les soldes

D’année en année, les commerçants croient de moins en moins à la spécificité et la magie des soldes. Pour 63 % des commerçants, les soldes ne sont plus aujourd’hui un événement incontournable. 74 % des commerçants ont pratiqué des ventes privées ou des promotions avant les soldes ; les enseignes sont 95 % à pratiquer ces ventes privées, alors que seuls 54 % des indépendants le font. Un commerçant sur deux pense proposer à nouveau ces ventes privées ou promotions la saison prochaine. Le Black Friday prend d’année en année une place plus importante dans le paysage commercial français : 62 % des commerçants ont adopté cette saison cette opération venue d’outre-Atlantique. Pour 67 % de ses adeptes, le résultat commercial du Black Friday a été satisfaisant, mais c’est surtout pour les enseignes que ce résultat a été positif (76 %), contre 52 % chez les indépendants. 56 % des commerçants qui ont participé au Black Friday de cette année pensent renouveler l’opération l’année prochaine. « On a besoin d’opérations coup de poing comme celle-là pour faire marcher le commerce, le Black Friday est à la mode, il y a un battage médiatique autour de ça, je peux vous dire que les clientes, même les moins jeunes, savent ce que c’est que le Black Friday », ajoute la gérante d’une grande enseigne de chaussures. « D’ailleurs on a des résultats équivalents à un premier jour des soldes ». Au vu des difficultés rencontrées cet hiver, on s’étonne presque que 60 % des commerçants se déclarent optimistes pour la saison prochaine. Toutefois, quand on y regarde de plus près, cet optimisme concerne 78 % des enseignes, mais seulement 42 % des indépendants.

Consulter l’intégralité de l’enquête

 

 

Le 03/02/2020
Contact
à télécharger