Paris et Berlin, la même influence politique mais des poids économiques bien différents

219
Juin 2020

Du fait de son poids économique, Paris Ile-de-France est avant tout comparable aux autres « global cities » (Londres, New York, Shanghai ou encore Tokyo). Toutefois, d'autres villes européennes se montrent dynamiques ces dernières années ; Berlin fait partie de celles-ci. 30 ans après la réunification allemande, quelles sont les caractéristiques économiques de l'Ile-de-France et du Land de Berlin ?

Berlin est redevenue la capitale fédérale de l’Allemagne lors de l’entrée en vigueur du traité de réunification le 3 octobre 1990. Depuis lors, Berlin est institutionnellement une ville-État nommée Land de Berlin.

3,4 fois moins d’habitants à Berlin qu’en Ile-de-France

Berlin comptait, en 2019, 3,6 millions d’habitants répartis sur seulement 891,8 km² ; le nombre d’habitants dans la capitale allemande est 3,4 fois inférieur à celui de l’Ile-de-France (12,2 millions). Pour autant, du fait de sa superficie réduite, la densité de la population dans le Land de Berlin dépasse les 4 000 habitants / km² tandis qu’elle s’élève à quelque 1 000 habitants / km² en Ile-de-France.

Le PIB du Land de Berlin est très inférieur à ceux de l’Ile-de-France et des Länder de l’ouest et du sud de l’Allemagne

Malgré son statut de capitale politique allemande, Berlin est en retrait en termes de poids économique comparativement aux grandes régions industrielles ou financière de l’ex-Allemagne de l’Ouest. Le déficit comparativement à la région-capitale française est encore plus important puisque le PIB du Land de Berlin est cinq fois inférieur à celui de l’Ile-de-France.

Compte tenu de l’importance des écarts, la crise économique liée à l’épidémie de Covid-19, malgré l’ampleur de ses effets, ne va pas profondément modifier le poids économique de Berlin comparativement à l’Ile-de-France et aux principaux Länder en termes de PIB.

Le taux de chômage berlinois est le plus élevé d’Allemagne mais n’en est pas moins inférieur au taux francilien depuis 2015

Si Berlin est en retrait par rapport à l’Ile-de-France en termes de création de richesse, l’évolution du taux de chômage est en revanche bien plus favorable ces dernières années dans la région allemande. Cela n’a pourtant pas toujours été le cas. Ainsi, en 2005, le taux atteignait 19,4 % en moyenne annuelle dans le Land de Berlin alors qu’il était dans le même temps de 8,6 % en Ile-de-France ; en 2019, même si le taux berlinois restait le plus élevé d’Allemagne (5,4 % contre 3,2 % en moyenne outre-Rhin), il était bien en-deçà du taux francilien (8,1 %).

Dans les mois à venir, les deux taux devraient repartir à la hausse mais les conséquences de la « corona-récession » devraient être plus marquées sur le marché du travail de l’Ile-de-France que sur celui de Berlin et entraîner un accroissement de l’écart.

Le poids de l’industrie dans l’emploi à peine plus élevé à Berlin qu’en Ile-de-France

Le nombre d’emplois dans l’industrie manufacturière est resté stable ces dernières années dans la capitale allemande tandis qu’il continue de se réduire à Paris Ile-de-France. Surtout, comme d’autres métropoles, le Land de Berlin se « tertiarise ». Plus largement, tout comme Paris ou Londres, Berlin compte parmi les principales villes européennes en termes d’innovation et attire une large part des startups allemandes.

Berlin, capitale du tourisme en Allemagne… Paris, capitale du tourisme dans le monde !

Berlin est aujourd’hui une destination touristique à la mode, notamment sur le plan culturel et artistique. En 2018, le Land de Berlin a enregistré 11,8 millions d’arrivées dans ses établissements hôteliers pour un nombre total de 27,7 millions de nuitées. Le niveau de la fréquentation touristique reste cependant bien moins important dans le Land de Berlin qu’en Ile-de-France.

Paris et Berlin parmi les principales métropoles d’accueil de congrès

Paris Ile-de-France et le Land de Berlin sont aussi deux métropoles dynamiques sur le marché du tourisme d’affaires. Ainsi, alors que l'Allemagne est surtout connue pour être le pays du secteur des salons, Berlin a la particularité par rapport aux autres grandes métropoles allemandes (Cologne, Francfort, Munich, etc.) d’être, comme Paris, active à la fois sur le segment des salons et, encore plus, sur celui des congrès.

Le trafic passagers des deux aéroports berlinois à peine supérieur à celui du seul aéroport d’Orly

Pour permettre la venue des touristes de loisirs et d’affaires, la capitale allemande est actuellement desservie par deux aéroports : l’aéroport Otto-Lilienthal de Berlin-Tegel et l’aéroport de Berlin-Schönefeld (situé dans le Land voisin du Brandebourg). Néanmoins, ni l’un, ni l’autre ne font partie des principaux aéroports européens : le trafic cumulé des deux aéroports qui desservent Berlin n’est que légèrement supérieur à celui du seul aéroport de Paris-Orly.

Berlin en retrait par rapport à Paris mais aussi par rapport à d’autres métropoles allemandes en termes d’attractivité

Malgré les profondes mutations qu’elle a connues depuis la chute du mur et la réunification et malgré son dynamisme dans le secteur touristique, la capitale allemande reste très en retrait comparativement à la capitale française en termes d’attractivité économique. En effet, contrairement à Paris Ile-de-France, Berlin ne fait pas partie des métropoles mondiales et attire moins les investissements internationaux que les centres économiques les plus dynamiques en Europe.