Flash de conjoncture

Soumis par npagnoux le mar 23/02/2021 - 11:15

Eléments de conjoncture francilienne dernières données disponibles, au 31 mars 2021

Si l’Ile-de-France avait bien résisté au ralentissement économique mondial de 2019, l’épidémie de Covid-19 a provoqué un coup de frein d’une toute autre ampleur en 2020 : l’économie francilienne a perdu plus de 95 000 emplois privés comparativement à fin 2019, le trafic de Paris Aéroport a subi des baisses de plus de 90 % au printemps 2020 et le repli a encore été de 75,5 % en décembre dernier, les commercialisations de bureaux sont au plus bas depuis le début des années 2000, etc.

Auteur :  Mickaël LE PRIOL

Désactivé
Contenu riche
Activé
Eléments de conjoncture francilienne
FR

Tableau de bord économique départemental du Val-d'Oise - 3e trimestre 2020

Soumis par npagnoux le mer 17/02/2021 - 18:35

Une situation économique fragile et incertaine dans le Val-d’Oise

La situation économique globale actuelle dans le Val d’Oise reste difficile et source de nombreuses interrogations, à la fois quant à l’interprétation de certaines données et quant aux prévisions que l’on pourrait émettre pour les mois à venir. Ainsi, le faible niveau actuel des défaillances d’entreprises est lié à l’attribution d’aides publiques ; l’année 2021 pourrait connaître un retournement violent de la situation. Parallèlement, le volume toujours conséquent de créations d’entreprises est à la fois la conséquence du taux de chômage qui a bondi (et incite à la création de sa propre structure) et d’un effet de rattrapage du recul subi au 1 er semestre 2020. Parallèlement, le faible niveau de surfaces autorisées augure d’une activité à venir très réduite en termes de construction. Ainsi, malgré un semblant de répit au cours de l’été, la situation du Val d’Oise reste très fragile.

Auteurs : Mickaël LE PRIOL, Pierre De RICAUD

 

Désactivé
Contenu riche
Activé
Une situation économique fragile et incertaine dans le Val-d’Oise
FR

Tableau de Bord départemental du Val-de-Marne - 3e trimestre 2020

Soumis par npagnoux le mer 17/02/2021 - 18:19

Un 3e trimestre 2020 plus favorable malgré une situation toujours dégradée dans le Val-de-Marne

L’activité économique du 3e trimestre 2020 a contrasté avec les résultats des deux trimestres précédents. Ainsi, les créations d’entreprises sont reparties à la hausse. Par ailleurs, il est toujours délicat d’exprimer une analyse en ce qui concerne les défaillances d’entreprises. En termes d’emploi, le Val-de-Marne a connu la même tendance qu’à l’échelle francilienne ; tous les secteurs d’activité ont enregistré, pour un total de 6 707 nouveaux emplois ; l’emploi intérimaire a bénéficié d’un redressement notable mais celui-ci est resté insuffisant pour compenser la chute accusée depuis le début de la crise sanitaire. Dans le même temps, le taux de chômage qui était orienté à la baisse depuis 2015 a subi une brusque hausse de 2,0 points en un trimestre pour atteindre 8,4 % dans le département.

 

Auteurs : Mickaël LE PRIOL, Vincent TOULLEC

 

Activé
Contenu riche
Désactivé
Un 3e trimestre 2020 plus favorable malgré une situation toujours dégradée dans le Val-de-Marne
FR

Tableau de bord départemental de la Seine-Saint-Denis - 3e trimestre 2020

Soumis par npagnoux le mer 17/02/2021 - 17:15

Un léger sursaut estival terni par la remontée du chômage

L'été 2020 a été marqué par des signes relativement encourageants de dynamisme économique en Seine-Saint-Denis. Celui-ci est porté essentiellement par les créations d'entreprises qui ont fortement augmenté (+ 38,6 %). L'emploi a également été orienté à la hausse (+ 1,8 %), principalement dans la construction et le tertiaire et grâce à l'emploi intérimaire (+ 19,3 %). Néanmoins, le taux de chômage de la Seine-Saint-Denis a crû de près de 3,0 points après des années de baisse. Parallèlement, les mises en chantiers et les surfaces de locaux autorisés à construire se sont nettement repliées. Les défaillances d'entreprises sont malgré tout restées orientées à la baisse (- 33,4 %) mais nombreux sont les établissements soutenus par les dispositifs temporaires d'aides publiques… Qu'en sera-t-il quand cesseront ces mesures ?

 

Auteurs : Mickaël LE PRIOL, Audrey DEROUEN-MARINO

Désactivé
Contenu riche
Activé
Un léger sursaut estival terni par la remontée du chômage
FR

Tableau de bord départemental des Hauts-de-Seine - 3e trimestre 2020

Soumis par npagnoux le mer 17/02/2021 - 16:12

L’économie des Hauts-de-Seine s’est maintenue au 3e trimestre 2020

Le département a affiché au 3e trimestre 2020 des résultats stables, en partie grâce aux mesures de soutien en faveur des entreprises. Ainsi, à l’instar des autres départements
de la région, le nombre de créations et défaillances d’entreprises n’a pas connu de trajectoire défavorable même si les Hauts-de-Seine ont enregistré le rebond de créations le plus modeste de la région. L’intérim a permis de stimuler le marché de l’emploi. Dans le même temps, le chômage départemental est reparti à la hausse (+ 1,9 point par rapport au 2e trimestre 2020). Enfin, la construction d’immobilier d’entreprise a continué à tourner au ralenti : les surfaces autorisées à construire et celles mises en chantier se sont repliées comparativement à celles du 3e trimestre 2019.

 

Auteurs : Mickaël LE PRIOL, Livia SORMAIN

Désactivé
Contenu riche
Activé
L’économie des Hauts-de-Seine s’est maintenue au 3e trimestre 2020
FR

Tableau de bord départemental de l'Essonne - 3e trimestre 2020

Soumis par npagnoux le mer 17/02/2021 - 15:31

L’activité essonnienne résiste tant bien que mal au 3e trimestre 2020

Après un printemps marqué par les effets de la crise sanitaire liée à la Covid-19, l’économie essonnienne a montré des signes de résistance au 3e trimestre 2020. Ainsi, les créations d’entreprises sont restées nombreuses (près de 19 000 sur les douze derniers mois). C’est surtout la situation de l’emploi salarié qui s’est améliorée puisque le département a gagné plus de 10 000 emplois en un trimestre et 3 800 comparativement au 3e trimestre 2019, avec un secteur de la construction particulièrement dynamique. Malgré ces chiffres encourageants, d’autres indicateurs incitent à la prudence. Ainsi, le taux de chômage a bondi de 1,7 point par rapport au trimestre précédent, pour atteindre 7,6 %, un niveau plus observé depuis fin 2016. Les défaillances d’entreprises ont continué à baisser mais il faudra attendre l’arrêt des aides publiques pour avoir une idée précise des conséquences de la crise sanitaire.

 

Auteurs : Mickaël LE PRIOL, Yvan CHELLIN

 

Désactivé
Contenu riche
Activé
L’activité essonnienne résiste tant bien que mal au 3e trimestre 2020
FR

Tableau de bord départemental des Yvelines - 3e trimestre 2020

Soumis par npagnoux le mer 17/02/2021 - 14:44

Après un premier semestre en crise, l’emploi yvelinois est reparti à la hausse

Au 3e trimestre 2020, entre les deux confinements, l’économie yvelinoise a été globalement mieux orientée qu’au trimestre précédent. Ainsi, les créations d’entreprises ont de nouveau augmenté (+ 27,1 % en glissement annuel après un recul provoqué par le premier confinement) et les défaillances ont diminué (- 30,4 % sur un an grâce aux aides publiques qui soutiennent les entreprises). Parallèlement, 7 031 emplois ont été créés au cours du 3e trimestre 2020 mais ce n’est pas un vrai redémarrage de l’économie car le taux de chômage a, tant le même temps, augmenté fortement (+ 1,7 point, soit 7,2 %). Aussi, la construction d’immobilier d’entreprise a affiché des résultats en berne au cours de l’été dernier : les surfaces de locaux autorisés à construire ont diminué de 18,3 % sur un an et celles mises en chantier ont chuté de 38,6 %.

 

Auteurs : Mikael LE PRIOL, Florence COROLLEUR

Désactivé
Contenu riche
Activé
Après un premier semestre en crise, l’emploi yvelinois est reparti à la hausse
FR

Tableau de bord départemental de la Seine-et-Marne - 3e trimestre 2020

Soumis par npagnoux le mer 17/02/2021 - 10:11

Rebond de l’emploi seine-et-marnais entre les deux confinements

Principale satisfaction du 3è trimestre 2020, le nombre d’emplois salariés s’est redressé de 1,0 % en Seine-et-Marne (soit plus de 4 800 créations nettes d’emploi) ; hormis l’industrie, tous les secteurs ont contribué à cette hausse, notamment l’intérim qui fait figure de fer de lance (+ 12,0 %, soit 1 506 créations nettes d’emploi). En dépit de cette amélioration de l’emploi, le taux de chômage a observé une hausse d’une ampleur inédite (+ 1,8 point) et s’est élevé à 7,9 % de la population active. Quant à la démographie d’entreprises, elle est orientée favorablement : le nombre d’entreprises créées a progressé de 27,5 % sur un an tandis que les défaillances d’entreprises ont reculé de 40,8 %. Enfin, la construction d’immobilier d’entreprise se porte bien dans le département avec une hausse de 48,5 % des surfaces mises en chantier sur un an

 

Auteurs : Mickaël LE PRIOL, Jérôme CAUDRON

 

Désactivé
Contenu riche
Activé
FR

Tableau de bord départemental de Paris - 3e trimestre 2020

Soumis par npagnoux le mer 17/02/2021 - 10:00

Eté 2020 : une fragile embellie pour l’économie parisienne

Eté 2020 : une fragile embellie pour l’économie parisienne

Après un retournement brutal et défavorable de plusieurs indicateurs au 2 e trimestre 2020 (marqué par le confinement), le 3e trimestre a montré quelques signes de reprise pour l’économie parisienne. Les créations d’entreprises ont recommencé à croitre, et, plus surprenant, le volume des défaillances d’entreprises a été orienté à la baisse ; ce dernier constat est toutefois à mettre en lien avec les retards pris par les tribunaux pour leurs jugements et les dispositifs d’aide aux entreprises. L’emploi parisien a enregistré un rebond, notamment grâce aux recours à l’emploi intérimaire. Cependant, le taux de chômage a augmenté de 1,8 point dans la capitale, rompant ainsi avec des années de tendances baissières.

Auteurs :  Mickaël LE PRIOL, Sophie LAUNAY

 

Désactivé
Contenu riche
Activé
Eté 2020 : une fragile embellie pour l’économie parisienne
FR

Soldes d’hiver 2021 : après une année 2020 catastrophique, la résignation prédomine

Soumis par npagnoux le mar 02/02/2021 - 14:14
CROCIS
CROCIS

Note 1er jour

Seule période de l’année durant laquelle les commerçants peuvent vendre à perte, les soldes d’hiver 2021 ont débuté ce matin (20 janvier 2021) dans les magasins et sur internet. Après une année 2020 lourdement touchée par la crise sanitaire et les contraintes occasionnées, les commerçants semblent désabusés. Le décalage de 15 jours de la date de démarrage officielle des soldes, décidé par le législateur, ne devrait pas permettre de rattraper le retard des ventes et de liquider des stocks importants.

Auteur : Julien Tuillier

 

Désactivé
Contenu riche
Activé
Tag
Seule période de l’année durant laquelle les commerçants peuvent vendre à perte, les soldes d’hiver 2021 ont débuté ce matin (20 janvier 2021) dans les magasins et sur internet.
FR
Retour en haut du site