Une aide de 5 000 € à 8 000 € pour l’embauche d’un apprenti

Plan de relance de l'apprentissage

Pourquoi recruter un apprenti aujourd’hui ? Vous hésitez, la crise liée à l’épidémie de Covid-19 vous inquiète. Pourtant, embaucher un apprenti reste une réelle opportunité pour votre entreprise. D’autant que vous pouvez bénéficier d’une aide financière exceptionnelle couvrant 80 à 100 % de son salaire. Zoom sur ce nouveau dispositif d’aide.

Recruter un apprenti : quels avantages ?

  • Du CAP au BAC+5, l’apprentissage propose toute une palette de formations pour tous les niveaux de qualification et dans presque tous les secteurs professionnels.
  • Il vous permet de former votre futur collaborateur aux méthodes, savoir-faire et techniques spécifiques à votre entreprise.
  • Tout en vous faisant bénéficier de l’ouverture d’esprit, de la créativité, voire de la capacité d’innovation, du jeune apprenti.
  • Une sécurité : le contrat peut être rompu pendant les premiers 45 jours.
  • La période d’apprentissage vous laisse entre 6 mois et 3 ans pour former votre collaborateur et décider, ou pas, de le recruter à l'issue de son apprentissage.
  • Plusieurs aides et exonérations vous permettent de réduire drastiquement le coût de votre apprenti.

Aides à l’embauche d’un apprenti

5 000 € pour les apprentis mineurs et 8 000 € pour les apprentis majeurs

Le plan de relance de l’apprentissage offre une aide exceptionnelle* aux entreprises** pour financer le coût de leurs apprentis :

  • recrutés entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021,
  • préparant un diplôme de niveau CAP à Master,
  • de moins de 26 ans (jusqu’à 29 ans pour les contrats de professionnalisation).

Versée la première année, cette aide couvrira 80 à 100 % du salaire de l’apprenti en fonction de son âge :

  • le salaire des apprentis de moins de 21 ans sera intégralement financé,
  • au-delà de 21 ans et jusqu’à 25 ans révolus, le reste à charge pour l’entreprise sera d’environ 150 € par mois.

Le versement de l’aide est automatique à condition que l’entreprise remplisse les démarches obligatoires : dépôt du contrat d’apprentissage auprès de l’opérateur de compétences (OPCO) et déclaration sociale nominative (DSN) de l’apprenti. Elle sera versée mensuellement avant le paiement du salaire de l’apprenti pour vous éviter d’en faire l’avance.

Pour la 2e et 3e années d’apprentissage, les entreprises de moins de 250 salariés bénéficieront de l’aide unique. Les entreprises de 250 salariés et plus continueront, sous condition, à bénéficier du “bonus alternant”.

Exonérations de cotisations sociales

  • L’exonération de cotisations patronales spécifique aux contrats d’apprentissage du secteur privé est supprimée depuis le 1er janvier 2019. Mais les rémunérations des apprentis bénéficient dorénavant de la réduction générale de cotisations sur les bas salaires.
  • L’exonération des cotisations salariales est, quant à elle, maintenue mais limitée à 79 % du SMIC. Pour 2020, le SMIC s’élevant à 1 539,42 €, la limite applicable aux apprentis est égale à 1 216,14 €.
  • En savoir plus sur les exonérations

Déduction fiscale de la taxe d’apprentissage : le « bonus alternants »

Seules les entreprises de 250 salariés et plus, dépassant le taux de 5 % de contrats favorisant l’insertion professionnelle et l’alternance, peuvent bénéficier du « bonus alternants ». Calculé selon une règle précise, son montant est déduit de la fraction hors quota de la taxe d’apprentissage.

* Cette aide exceptionnelle se substitue à l’aide unique accordée aux entreprises de moins de 250 salariés embauchant un apprenti de niveau CAP à Bac (4 125 € la première année du contrat).

** Avec une condition pour les entreprises de plus de 250 salariés : respecter un quota de 5 % d’alternants dans leurs effectifs au 31 décembre 2021.

 

Le 04/09/2020